11 véhicules de Toulouse Métropole Habitat détruits dans un incendie criminel

Dans la nuit de vendredi à samedi, 11 véhicules de la société Toulouse Métropole Habitat ont été détruits dans un incendie sur le site de Lardenne. Les premiers résultats de l’enquête policière confirme l’incendie volontaire. Le bailleur social estime le préjudice à 100 000 euros.

Incendie criminel : 11 véhicules du bailleur social Toulouse métropole Habitat détruits
Incendie criminel : 11 véhicules du bailleur social Toulouse métropole Habitat détruits © Toulouse Métropole Habitat
Vers une heure du matin dans la nuit de vendredi à samedi, un incendie à détruit 11 véhicules sur le site de Toulouse Métropole Habitat à Lardenne. Le bailleur social a porté plainte. Selon les premiers éléments de l’enquête, la piste de l’incendie criminel se confirme avec 4 départs de feu constatés sur le site.
Le directeur général Luc Laventure dénonce "un acte honteux qui va venir perturber l’activité de réparation et d’entretiens dans les logements de nos 18 000 locataires et donc les pénaliser."

Un impact financier

Le coût du préjudice est estimé à plus de 100 000 euros. Dans l’incendie 9 véhicules ont été totalement détruits et deux partiellement endommagés.

J’ai un sentiment qu’il y a erreur sur la cible. Par cet acte on nous empêche de venir en aide aux personnes qui en ont besoin explique Luc Laventure.

Une situation qui contraint l’activité et pénalise les locataires

Les véhicules de la régie sont utilisés par des agents qui effectuent des interventions de réparation et d’entretien dans les logements de 18 000 locataires de la ville rose et dans plus de 20 communes de l’agglomération toulousaine.
"En situation de confinement, les interventions sont limitées aux cas d’urgence pouvant impliquer la sécurité des personnes et des biens", précise le bailleur social.
Lundi, la régie fonctionnera mais l’activité sera fortement impacté. Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole "condamne fermement ces actes vandalisme qui portent atteinte à la sécurité publique. Ces dégradations perpétrées, au mépris de toutes les lois, ont un caractère encore plus inacceptable en ces temps de confinement."

Selon les pompiers, la propagation des flammes a provoqué des dégâts sur la baie vitrée d'un immeuble voisin. Les vitres de l'organisme de formation professionnelle l'Itep Arseea se seraient brisées sous l'effet de la chaleur.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers police société sécurité logement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter