A Toulouse, cavistes, restaurants et cafés bradent leurs stocks de bières et autre breuvage pour éviter le gaspillage

Obligés de baisser le rideau en raison de l’épidémie de coronavirus, les établissements toulousains ont accumulé des stocks conséquents de bières. Certains bars ont plus de 1000 litres de fûts à écouler. Pour éviter de jeter le breuvage, ils organisent une braderie anti gaspi vendredi et samedi.

A Labège, ce vendredi 2 avril, les clients du bar caviste V ans B profitent de la braderie anti gaspillage.
A Labège, ce vendredi 2 avril, les clients du bar caviste V ans B profitent de la braderie anti gaspillage. © Guillaume Pandellé

Bars, restaurants et cavistes toulousains organisent les 2 et 3 avril une grande braderie anti gaspi autour de la bière. Les stocks accumulés depuis la fermeture des établissements en raison de l’épidémie de coronavirus sont importants avec des dates limites d’utilisation minimale (DDM). Une manière aussi pour la profession de renflouer leur trésorerie et de renouer avec la clientèle. Blondes, blanches, bières artisanales ou aromatisées, pour les amateurs il y a de bonnes affaires à saisir. Les bières sont vendues pour la plupart à prix coûtant entre deux et trois euros cinquante le litre de bière pression et deux euros la bière en bouteille.

Braderie anti gaspi : la bière coule à flots

Les 7 enseignes franchisées V and B présentes à Toulouse et dans les communes de l’agglomération participent à la braderie anti gaspi ces 2 et 3 avril. A Labège, Guillaume Pandellé, caviste, est en place depuis ce matin 10 heures pour accueillir la clientèle, déjà nombreuse.

 Les clients jouent le jeu et cela fait vraiment plaisir même si nous avons pu poursuivre une partie de l’activité avec la cave, pendant ces deux jours de braderie on attend beaucoup de monde. Dans le respect des gestes barrières nous avons prévu une file d’attente bière pression à emporter et une file d’attente pour les achats en cave, car nous proposons aussi de belles affaires à saisir sur les vins, par exemple, pour 4 bouteilles achetées 2 sont offertes.

"Nous avons un stock de 900 litres de fûts de bière à écouler en raison de la date d’utilisation minimale (DDD). Plutôt que de jeter les stocks, nous vendons à prix quasi coûtant, le litre de blonde allemande est à 2,50 euros. Les clients jouent le jeu cela fait plaisir de revoir du monde et cela évite le gaspillage. 7 becs sont branchés avec des bières blanches, blondes, artisanales ou aromatiques", rajoute le jeune caviste.

A Toulouse, les files d’attentes commencent aussi à se former ce matin devant le café Levrette sur les allées Jean-Jaurès. Le gérant Arthur Camo propose lui aussi des bières à prix coûtant pour écouler un stock de plus de 1000 litres de fûts de bière avant la date d’utilisation minimale. 3,50 euros le litre de bière pression et deux euros la bière en bouteille. Une opération qui permet aux professionnels d’écouler les stocks et de faire un peu de trésorerie avant une hypothétique réouverture. Des bouteilles de vins et de jus de fruits à prix cassés sont aussi à saisir ce vendredi 2 et samedi 3 avril.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société crise économique économie alcool