Acte de malveillance revendiqué par des anti-A69, caillassage : la SNCF sous tension après plusieurs incidents touchants ses lignes

Un incendie en bordure de voie, des trains caillassés. Depuis plusieurs jours des actes de malveillance perturbent le trafic SNCF dans notre région. Des tensions qui risquent de ressurgir au moment où la LGV entre dans sa phase de travaux. De quoi inquiéter l'entreprise ferroviaire publique française.

Ce sont des incidents dont la SNCF se serait bien passée. Hier, jeudi 29 février, entre 6 h 30 et 16 heures, la circulation a été fortement perturbée entre Castelnaudary (Aude) et Toulouse (Haute-Garonne). En cause, un incendie qui s'est déclaré en bordure de voie. Des milliers de voyageurs ont été privés de moyen de transport.

Un incendie criminel est à l'origine de ces perturbations. Cet acte de malveillance a été revendiqué par des sympathisants aux opposants à la construction de l'A69. Dans un communiqué relayé par le site lille.indymedia.org, les auteurs - qui affirment leur opposition à la SNCF : "En soutien aux opposant.es à l’A69, nous avons (...) saboté la ligne de chemin de fer Toulouse-Narbonne. La SNCF suit la volonté de l’état néolibéral et délaisse de plus en plus le système du Fret, pour favoriser le transport routier de marchandise. Le but est toujours le même, faire couler de l’argent dans les caisses d’entreprises privées". La SNCF de son côté a porté plainte. L'enquête est en cours. 

Les trains Castres - Toulouse caillassés  

D'autres incidents se sont produits ces dernières semaines. Le train "Castres - Toulouse" a été caillassé lundi dernier : bilan des vitres abîmées, mais pas de blessés. Impossible de faire le lien néanmoins avec les opposants à l'A69, car ces actes de malveillance n'ont pas été revendiqués "Des incidents de ce type, il y en a régulièrement sur nos lignes. Parfois des jeunes qui s'amusent à détériorer les trains. Ce caillassage n'a pas été revendiqué, on ne peut pas faire de lien avec les opposants à l'A69", explique la SNCF en Occitanie.  

Des opposants qui ont, en revanche, perturbé pendant trois jours la ligne ferroviaire entre Lavaur et Castres le week-end du 10 février. Celle qui passe à proximité de la ZAD installée à Saix, dans le Tarn.

On le voit, les incidents se multiplient et la construction de la future  A69 semble être l'occasion pour certains de perturber le trafic. Du côté de la SNCF, on se veut néanmoins rassurant. "Les actes de malveillance sont en légère hausse dans la région, essentiellement pour des motifs de vols de cuivre, sans lien avec des projets. Ces actes pénalisent fortement les clients. Nous avons donc renforcé la surveillance du réseau avec l’appui des autorités " explique-t-on du côté de SNCF - Réseau. 

Le chantier de la LGV, prochaine cible ? 

Car un autre chantier arrive à grands pas : celui de la LGV Paris - Toulouse. Il reste à construire le tronçon entre Bordeaux et la ville rose. Le 26 février dernier, les travaux des aménagements ferroviaires ont débuté au nord de Toulouse. Avec les premières démolitions des maisons voisines de l'actuelle voie ferrée qui sera doublée. Même chose au sud de Bordeaux. 

Ce chantier va-t-il être perturbé par des opposants à la LGV ? Difficile de le savoir. Mais ce qui est sûr en revanche, c'est que plusieurs manifestations ont déjà eu lieu pour s'opposer à ce projet. La SNCF - que nous avons sollicitée à ce sujet - compte-t-elle renforcer la sécurité ? Notre question est restée sans réponse à ce jour.