• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Affaire Viguier : l'amant de la victime demande l'arrêt de la projection du film “Une intime conviction”

Les équipes de tournage ont investi les rues de Toulouse pour un film qui revient sur le deuxième procès de l'affaire Viguier. / © France 3 Occitanie
Les équipes de tournage ont investi les rues de Toulouse pour un film qui revient sur le deuxième procès de l'affaire Viguier. / © France 3 Occitanie

Olivier Durandet, l'amant de Suzanne Viguier, demande la fin de l'exploitation du film "Une intime conviction" qui rencontre le succès au cinéma. Il estime que le montage porte atteinte à sa vie privée. 

Par Amélie Poisson

Depuis sa sortie au cinéma, le 6 février, le film "Une intime conviction", réalisé par Antoine Raimbault, connait un certain succès. L'histoire est celle du meurtre de Suzanne Viguier, disparue à Toulouse en 2000, et de l'affaire qui s'en suivit. Deux procès aux assises et deux acquittements pour son mari, Jacques Viguier.

Selon nos confrères de l'Express, l'un des protagonistes de l'histoire et du film, Olivier Durandet, l'amant de Suzanne Viguier, a demandé par le biais de son avocat la fin de l'exploitation commerciale du film car il porterait atteinte à sa vie privée.

"Le préjudice pour Monsieur Olivier Durandet est évident puisque (...) il l'expose sous un jour défavorable", explique son avocat Emmanuel Tricoire dans l'assignation en référé consultée par L'Express. "Sur 250 heures d'interception téléphonique, il n'est retenu que moins de 10 minutes ce qui démontre l'existence d'un montage qui amène à une présentation très partielle et donc nécessairement partiale" des conversations retranscrites.

La demande sera examinée mardi 19 février par la 17ème chambre du tribunal de grande instance de Paris.  

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Occitanie : l'eau de baignade en mer est de bonne qualité, dans les lacs et rivières il y a des points noirs

Les + Lus