• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Après un éboulement ravageur, le cimetière de Saint-Béat reste sous haute surveillance

Deux rochers de 5 tonnes / © Virginie Beaulieu France 3
Deux rochers de 5 tonnes / © Virginie Beaulieu France 3

Malgré la chute de deux énormes rochers de 4 à 5 tonnes, qui ont ravagé plusieurs tombes du cimetière de Saint-Béat (Haute-Garonne), les élus ont décidé de permettre aux familles de venir se recueillir mais sous conditions draconniennes

Par Michel Pech

Un éboulement
Dans la nuit du 19 au 20 octobre, deux gros rochers se sont détaché du flanc de la montagne, ont percé les filets de protections et se sont écrasés dans le vieux cimetière en contrebas. 
Quatre tombes ont été endommagées ou totalement détruites et trois murs d'enceinte se sont écroulés. 

Décision de fermeture du cimetière
Tant que la paroi n'est pas consolidée, il reste toujours le risque d'un nouvel éboulement. Le maire ne pouvait pas prendre la responsabilité de laisser courir des risques aux habitants qui viendraient se recueillir. Il a donc décidé, dans un premier temps, de fermer le cimetière malgré la proximité de la Toussaint. 

Dans un deuxième temps, ouverture partielle sous surveillance
Ne voulant pas priver les familles de ce temps de recueillement, la mairie a mis en place un système d'ouverture partielle :
  • les familles qui veulent entrer dans le cimetière doivent si possible s'inscrire à la mairie (05 61 79 40 05)
  • le maire, ou son adjoint, organise des petits groupes qui rentrent durant seulement quelques minutes accompagnés impérativement d'un élu.
  • un élu peut déposer lui-même des fleurs pour des familles qui en ressentent le besoin. 
Vidéo :le reportage de Anthony Halpern et Virginie Beaulieu
Eboulement au cimetière de Saint-Béat
Plusieurs tombes sont endommagées mais les familles vont pouvoir se recueillir  - Anthony Halpern et Virginie Beaulieu

 

Sur le même sujet

Les “gilets jaunes” d’Alès ont de nouveau investi la rocade

Les + Lus