Biodiversité : ce week-end, comptez les oiseaux qui se posent dans votre jardin

Publié le

Si vous avez une heure de libre ce week-end, vous pouvez participer à la surveillance des populations d'oiseaux depuis votre jardin. En Haute-Garonne, plus d'une cinquantaine d'espèces sont observables.

Si vous disposez d'un jardin (ou d'un balcon), vous pouvez vous rendre utile à la biodiversité en ce week-end de l'Ascension. Comme chaque année au printemps, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et le Muséum national d'histoire naturelle invitent les particuliers à dénombrer les oiseaux des jardins. 

Organisée deux fois par an, cette opération participe à la surveillance des populations d'oiseaux. "C'est une façon de faire des citoyens des sentinelles de la nature, pointe Chantal Ségui, membre du conseil territorial de la LPO en Haute-Garonne. Ça permet de compléter les données des experts ornithologues, et plus nous avons de données, mieux c'est." 

En mai 2021, près de 4 000 Haut-Garonnais avaient participé à l'expérience. Chaque personne avait dénombré 23 oiseaux en moyenne.

Et comment faire ?

Pas de panique si vous n'êtes pas spécialiste en ornithologie. Il suffit de vous installer dans votre espace extérieur pendant une heure, ce samedi ou dimanche. "De préférence entre 8 h 30 et 10 h, ou à partir de 17 h 30. C'est l'heure à laquelle les oiseaux ont faim généralement", précise Chantal Ségui. 

Attention : il faut compter les oiseaux une fois posés, hormis les martinets et les hirondelles qui sont la majeure partie du temps en vol. 

Le site oiseausdesjardins.fr, celui sur lequel vous devez rentrer vos données à la fin du comptage, fournit une liste des espèces avec les photos disponibles, et propose même un quiz pour vous entraîner.

Compter pour sensibiliser

En Haute-Garonne, on peut observer "une cinquantaine d'espèces", d'après la bénévole de la LPO. Parmi elles : le rossignol, la fauvette grisette, la mésange bleue et la charbonnière, le pouillot siffleur ou encore la fauvette à tête noire. 

"Malheureusement, il y a des espèces qu'on ne voit quasiment plus ici, comme le gobemouche noir, la fauvette des jardins ou l'hirondelle rustique, regrette-t-elle. En France, environ 30% des populations d'oiseaux ont disparu en 30 ans, alors qu'ils sont un maillon très important des écosystèmes." 

Chantal Ségui tient aussi à rappeler qu'il est facile de favoriser l'installation des oiseaux : "Il faut une plantation variées pour que les sédentaires puissent se nourrir en hiver, installer un nichoir ou un coupole d'eau l'été". Evitez également de tailler les haies durant les périodes de nidification.