Les pompiers de Haute-Garonne sont-ils les plus lents de France pour se rendre sur leurs interventions ? C'est ce qu'indique un document du ministère de l'Intérieur. Mais après analyse, ce classement est entaché d'un problème informatique avec un logiciel qui ne détecte pas certaines erreurs.

Les sapeurs-pompiers de Haute-Garonne seraient les plus lents de France pour intervenir. Selon un document du ministère de l'Intérieur, il leur a fallu en moyenne vingt minutes et cinq secondes pour arriver sur leur lieu d'intervention en 2022. Contre douze minutes en 2017. Nous avons sollicité des explications au directeur du Service départemental d'incendie et de secours.

Une anomalie informatique

Après la publication de ces chiffres, une analyse a été réalisée. Et une anomalie détectée au niveau du logiciel d'extraction des données qui a été changé en 2018, selon le colonel Sébastien Vergé. 

"Sur chaque intervention, les pompiers sont censés faire remonter des informations par radio, au travers de ce que l'on appelle des statuts, explique le directeur du Sdis 31.

Et il y a notamment le statut d'arrivée sur les lieux. C'est ce que nous avons analysé. Parfois, ce statut ne remonte pas et cela génère des incohérences avec des interventions qui durent longtemps et donnent des informations contradictoires."

Sur les 55.000 interventions des sapeurs-pompiers en Haute-Garonne, environ 30% d'erreurs "ne sont pas extraites par notre logiciel. Dès lors qu'on écrête ces incohérences et ces erreurs, on revient à un temps d'intervention moyen de douze minutes et trente secondes", précise encore le colonel Sébastien Vergé. La moyenne nationale, elle, est de quinze minutes.

L'anomalie informatique est tout à fait plausible, selon Eric Brocardi, le porte-parole de la fédération nationale des sapeurs-pompiers. Mais il ne faudrait pas écarter pour autant une explication plus structurelle liée au maillage territorial et une offre de soins qui se dégrade sur certains secteurs.

"Une même qualité de secours de Luchon à Toulouse"

C'est dans le sud du département que les pompiers de Haute-Garonne mettent le plus de temps à intervenir. Pour les syndicats, il faudrait recruter plus de professionnels pour assister les sapeurs-pompiers volontaires et composer les équipages d'intervention.

"Pour faire partir un camion incendie, il faut six personnels : un conducteur, un chef et quatre équipiers, explique Mathieu Chauvet, secrétaire général de la CGT Sdis 31. Pour un centre de secours d'un petit village, fournir autant de personnes disponibles en journée, en semaine, alors que la plupart des sapeurs-pompiers volontaires ont un travail à côté, ça devient très compliqué.". Or, les pompiers volontaires sont aujourd'hui deux fois plus nombreux.

Mathieu Chauvet milite pour "une même qualité de secours de Luchon à Toulouse." Et cela passe par le recrutement de professionnels. "Renforcer le volontariat, le favoriser, cela ne suffira pas à défendre le sud du département. Pour nous, il faut quand même de l'effectif professionnel en plus des volontaires. Le sud du département mérite d'avoir plus de sapeurs-pompiers professionnels", explique le responsable syndical

Deux nouveaux centres de secours sont prévus dans le département. Objectif : couvrir au mieux l'ensemble de la Haute-Garonne.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité