Coronavirus : 800 000 masques pour les habitants de Toulouse Métropole le 11 mai

Un masque pour chaque habitant : Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, a passé commande de 800 000 masques destinés à la population. Ils seront livrés pour le 11 mai, jour annoncé par le président Macron pour la mise en oeuvre d'un déconfinement "progressif et partiel" de la France.

Chaque habitant de Toulouse-Métropole recevra un masque en tissu lavable à partir du 11 mai.
Chaque habitant de Toulouse-Métropole recevra un masque en tissu lavable à partir du 11 mai. © MaxPPP
La page de la polémique est tournée : dans la perspective du déconfinement "progressif et partiel" de la population française, le port d'un masque de protection devrait être rendu - sinon obligatoire - du moins fortement recommandé à partir du 11 mai prochain.
En prévision, 30 des 37 communes composant Toulouse Métropole ont décidé - dès la semaine dernière - de passer commande de 800 000 masques en vue d'en fournir un à chaque habitant.

Ces masques seront en tissu afin d'être lavables à 70° et réutilisables un certain nombre de fois. Ils répondent à la norme AFNOR. Leur coût est de 2€ l'unité

a précisé ce vendredi Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse-Métropole.
Malgré le souhait de traiter avec une entreprise française - et même dans l'idéal implantée en Occitanie - il a fallu s'adresser à un fabricant étranger pour obtenir la garantie d'une livraison en une seule fois avant le 11 mai.
 

Sécurité dans les transports publics

Dans un premier temps la priorité sera donnée aux agents de la municipalité toulousaine et de la métropole qui n'en seraient pas encore dotés.
Précision : ce ne sont pas des masques chirurgicaux, de type FFP 1 ou FFP 2, lesquels sont réservés aux personnels soignants.

A partir du 11 mai je suis favorable à ce que le port du masque soit rendu obligatoire dans les transports publics. Mais une collectivité locale n'a aucun pouvoir de décision en la matière : seul l'Etat peut le décider

a tenu à souligner le maire de Toulouse.

"Cela dit leur cadence sera augmentée en proportion des besoins des Toulousains, avec sans-doute des mesures supplémentaires concernant le respect de la distance de sécurité, voire par la limitation du nombre de voyageurs".
A noter que les 7 communes qui ne s'étaient pas encore portées volontaires pour cet achat groupé à la date de jeudi soir font partie de celles qui sont les moins peuplées : elles peuvent légitimement espérer traiter avec des fabricants locaux, pour contribuer à donner du travail aux entreprises d'Occitanie.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société sécurité économie