Coronavirus : l'artiste toulousain Pedro avance masqué durant cette période de confinement

" Des masques et vous ? " est une série de création quotidienne en période de confinement. Pédro, artiste toulousain, réalise un masque par jour. Objet de récup fixé avec du gaffeur, du scotch, des vis ou de la patafix, chaque photo représente un portrait masqué.

Pédro a utilisé un disque vinyle 33 tours pour le visage et deux 45 tours pour les oreilles. Les yeux sont en disque compact audio (CD) et une cassette audio (K7) qui fait figure de bouche.
Pédro a utilisé un disque vinyle 33 tours pour le visage et deux 45 tours pour les oreilles. Les yeux sont en disque compact audio (CD) et une cassette audio (K7) qui fait figure de bouche. © Pédro
Depuis le début de l'épidémie du coronavirus, les masques sont à la mode et très en vue actuellement. L'artiste toulousain Pédro, déçu par l'annulation du carnaval de Toulouse en profite et réalise une série de créations de masques, "Des masques et vous ?".

Pendant cette période de confinement Pédro fabrique un masque par jour. Sans déroger à sa technique, il compose, construit des "protections" et assemble des objets de "récup". Fixé avec du gaffeur, du scotch, des vis ou de la patafix, chaque photo représente un portrait masqué.


Educateur artiste


Pédro est éducateur technique dans la protection de l'enfance. Il anime des ateliers pour des adolescents déscolarisés. "On fait du jardinage, de la cuisine et aussi du bricolage. Le but est de créer un lien avec eux, de leurs redonner des horaires et de l'envie".

L'objectif est de rester créatif durant cette période de confinement. Donc j'anime de "loin" les ateliers, je leur envoie mes créations pour leur donner envie de faire des choses en dehors des écrans.

Depuis une vingtaine d’année, Pédro expose ses sculptures métalliques rouillées ou colorées, carnets de voyages et autres petites choses. Entre Océan et Méditerranée ou le long du Canal du Midi, il utilise principalement des matériaux de récupération.

 

Voir cette publication sur Instagram

Deuxième semaine de la série - Des masques et vous ? - qui à l'air d'être partie pour rester. #pedrodeff #pedrodeffarges #pedroentrecinqetseptultrabook #latelierdufouisse #etautrespetiteschoses #desmasquezvous #netravaillezjamais

Une publication partagée par Pédro Deffarges (@pedrodeffarges) le


Sculpteur masqué


Sur chaque portrait, il y a un double jeu de langage. "Des masques et vous ?" peut-être aussi "démasquez-vous ? J'aime beaucoup jouer avec les mots", insiste Pédro.

L'intention est de montrer ce que l'on sait faire tout en étant masqué et sans avoir peur de le montrer.

C'est surréaliste et suit le mouvement du Dadaïsme qui vise à renverser la conception traditionnelle de l'art au moyen de la provocation et de la dérision. "C'est un jeu d'écriture et des associations d'idées" souligne Pédro. "Je m'amuse beaucoup en faisant ces masques tout en restant très sérieux".


1 masque par jour


Le masque fabriqué avec les disques et K7 qui est en illustration de l'article s'appelle "Expressions sans pression".

Il est fabriqué avec un disque vinyle. J'ai utilisé un modèle "33 tours" pour le visage et deux "45 tours" pour les oreilles. Les yeux sont en "disque compact audio" (CD) et c'est une "cassette audio" (K7) qui fait figure de bouche. Tout ça pour vous dire qu'en ces temps de confinement, écouter de la musique, quelle qu'elle soit, fait vraiment du bien.


L'éducateur artiste profite de ses sorties dérogatoires pour récupérer toutes sortes d'objets laissés sur le trottoir et raconter des histoires avec ses portraits masqués. Il explique avec humour et détaille les étapes de sa fabrication.

Hier, lors de ma sortie dérogatoire... j'ai trouvé une sorte de plateau de jeu en bois déposé sur le trottoir. Je l'ai ramené à la maison pour vite, en scier la partie inférieure. J'ai ensuite vissé deux des quatre pieds sur le côté pour en faire des oreilles... Tout ça pour vous dire d'ouvrir grand les yeux lors de vos sorties dérogatoires, les rues sont propices à de belles découvertes, transformables en masques ou autres petites choses.

 
"Les poubelles dérogatoires"
"Les poubelles dérogatoires" © Pédro


"Le 1er avril c'est le jour du poisson"
 
Poisson d'avril avec des boites à sardines.
Poisson d'avril avec des boites à sardines. © Pédro

Avec simplicité, Pédro décrit son travail du jour : "une feuille de papier blanc sur laquelle sont scotchés des boîtes de sardines. Un peu de feutre noir pour les yeux et la bouche et voilà le résultat".


Numéro masqué


Le téléphone est l'objet obligatoire de nos jours et Pédro se régale à le détourner.
"Les numéros de nos téléphones sont masqués, et bien on va faire un masque téléphone" !

La fabrication du jour est faite avec un vieux téléphone, des ronds de papiers blanc coloriés au feutre noir en leur centre. Le combiné est attaché avec du gaffeur noir (une sorte de ruban adhésif très solide). Le tout est fixé sur une tige de bois qui est sous mon sweet rouge et que je maintiens avec les mains. A bientôt, au téléphone bien sûr...

 
"Les numéros de nos téléphones sont aussi masqués".
"Les numéros de nos téléphones sont aussi masqués". © Pédro


Casque militaire tranformé en araignée, cage à oiseaux, cône de chantier, panneau routier ou visage dessiné en boîte à sardines, l'artiste toulousain ne manque pas d'imagination pour arranger et déformer la matière.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture coronavirus : envie d'évasion santé société