Coronavirus : le CHU de Toulouse fait face mais craint une aggravation dans les prochains jours

La barre des 115 patients hospitalisés a été franchie aujourd’hui au CHU de Toulouse. Depuis 15 jours, l’augmentation du nombre d’entrées est significative. La situation est tendue et la pression se fait sentir dans les unités. Le personnel médical salue le couvre-feu annoncé.
 

© AFP/service presse CHU Toulouse
Le stade "hôpital en tension" est déclenché depuis une semaine. "Il a porté ses fruits", explique Marc Penaud, Directeur Général du CHU.

Cela nous a permis de réduire la pression sur les urgences tout en garantissant chaque jour un nombre suffisant de lits d’hospitalisation pour les patients qui arrivent en urgence, il n’y a pas eu de situation de saturation.


La structure n’est donc pas saturée mais reste en tension. A l’heure actuelle, plus de 115 patients atteints du coronavirus sont hospitalisés, dont 20 en réanimation, 18 en soins intensifs et surveillance continue et 80 personnes en hospitalisation conventionnelle.
Au regard de l’évolution de l’épidémie les professionnels de santé cautionnent les mesures de couvre-feu prises par le gouvernement.
"Ces mesures ne nous paraissent pas disproportionnées avec la réalité" explique le professeur Pierre Delobel, chef du service des maladies infectieuses du CHU. L’enjeu aujourd’hui dans le contexte de cette deuxième vague d’épidémie est de maintenir une offre de soin équilibré pour tous les patients.

 Aujourd’hui et c'est notre mission, nous devons prendre en charge tous les patients, covid et hors covid, il était important de mettre en place ces mesures, elles doivent permettre une réduction du nombre de cas et d’entrées d’ici 15 jours. On ne doit pas se retrouver en situation de saturation.

Marc Penaud, Directeur Général CHU de Toulouse


L’hôpital s’est fixé une marge de manœuvre de déprogrammation n'excédant pas 20%.

Tensions dans les unités de soins : le phénomène de l’escalier

En réanimation comme en hospitalisation conventionnelle le constat est le même. Les médecins observent le phénomène de l’escalier : "des paliers de 8 à 10 jours, il y a une montée en charge préoccupante dans les services, une stabilisation et à nouveau une hausse", analyse le professeur Pierre Delobel, chef du service des maladies infectieuses du CHU.
Le professeur l'affirme, "oui nous sommes en tension sur l’hospitalisation covid en conventionnel avec une accélération forte du taux d’incidence à Toulouse qui dépasse la barre des 300.
Le Docteur Béatrice Riu-Poulenc, chef de service de réanimation polyvalente de Purpan, confirme la tendance :

On a une entrée constante, la courbe est ascendante mais on a une meilleure prise en charge des patients aujourd’hui que lors de la première vague. On intube beaucoup moins les patients et on régule mieux.


"L’inter réanimation" a été réactivée au mois d’août. C’est un système de pointage biquotidien de cas covid sur un groupe whatsapp. Le nombre de cas covid et de places disponibles dans les hôpitaux privés et publics sont ainsi affichés. L’outil permet une meilleure régulation afin d’éviter une saturation dans tous les établissements en unités de réanimation comme en hospitalisation générale.
 

La covid épargne les jeunes enfants

Isabelle Chaudet, chef du pôle enfant CHU l'annonce comme une bonne nouvelle :

on teste tous les jours et il n’y a aucun cas d’enfant covid hospitalisé dans le service pédiatrique. Une bonne nouvelle, c’est une population qui avait été stigmatisée au début de l’épidémie.


Isabelle Chaudet, ajoute : "il y a peu voire pas de cas chez les enfants, peu sont porteurs du virus et peu le transmettent".

Recrutement et manque de personnel

Le personnel soignant du CHU de Toulouse était à nouveau dans la rue cette semaine pour dénoncer le manque de moyens dans les hôpitaux face au covid. La direction générale de l’hôpital explique avoir recruté entre janvier et septembre 2020, 1500 personnes dont 666 soignants contre 630 en 2019.
"Des embauches permettant de couvrir des postes vacants mais aussi dans le but de venir épauler le personnel présent dans les unités covid, les drives et les laboratoires qui sont en besoin", précise Marc Penaud le Directeur Général du CHU Toulouse.
Les recrutements se poursuivent, l’hôpital, les personnes peuvent désormais postuler en ligne.


Depuis le début de l’épidémie, 922 patients sont sortis de l'hôpital, 78 personnes sont décédées du covid.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société