Coronavirus : le CHU de Toulouse n'est pas alarmiste mais la seconde vague est bien là

Les chiffres des patients hospitalisés sont moins inquiétants qu’en avril où l’on atteignait le haut de la vague mais les médecins des hôpitaux de Toulouse demandent à la population de rester très (très) vigilants.

L'ARS signale 1134 cas positifs en moyenne par jour en Occitanie
L'ARS signale 1134 cas positifs en moyenne par jour en Occitanie © Jean-Pierre Duntze
A 17 heures ce vendredi, il y a 54 patients hospitalisés à Toulouse.13 d’entre eux sont en réanimation dont 3 en soins intensifs.
A titre de comparaison, le 5 avril dernier, au plus haut de la vague, 193 patients étaient hospitalisés dont 67 en réanimation.
La direction du CHU et les personnels de santé de Toulouse ne sont pas alarmistes mais restent sur leur garde.
Selon eux, l'activité dans les hôpitaux augmente depuis une dizaine de jours et continuera dans les 15 prochains jours.

Ce n’est pas une explosion mais la seconde vague est là, confient-ils.
Le coronavirus sera là jusqu’au printemps prochain. Au CHU, on demande aux Toulousains de continuer à respecter les gestes barrière, au-delà des heures de travail où ils ont l'obligation de porter le masque et de respecter les distances physiques.

Contamination au sein des foyers liée au relâchement

Les réunions familiales se sont multipliées ces derniers temps et sont à l’origine des nouvelles contaminations. La meilleure preuve, les appels conséquents reçus par le Samu.

Nous avons une augmentation de 40% des appels. En tout 1400 appels par jour. Beaucoup sont liés à des clusters familiaux. Les gens sont inquiets car il y a des cas dans leur famille.

Pr Vincent Bounes, chef de service du Samu 31


Conséquence : le Samu 31 va rouvrir la cellule de crise ce vendredi pour faire face à l’affluence.
 
Les responsables du CHU n’excluent pas l’idée de prendre des mesures plus drastiques si "la cinétique s’accélère". En d’autres termes, si la vitesse de progression de l’épidémie augmente.
Comme en Angleterre par exemple où il y a des restrictions avec une limitation de six personnes par regroupement.

Priorisation des demandes de tests pour le CHU

L’une des clefs pour mieux contrôler l’épidémie est les tests mais les laboratoires de la région sont dépassés depuis qu’il y a des dépistages massifs, sans ordonnance.
Alors la direction du CHU s'est organisé pour prioriser les demandes de tests.
Au drive de Purpan, une plage horaire de 7h à 12h est dédiée aux personnels de santé et aux patients qui ont des symptômes ou qui se présentent avec un certificat médical. C’est sans rendez-vous et c’est 7 jours sur 7.

Au drive de Rangueil, ouvert depuis peu, c’est un autre système qui a été mis en place : deux files d’attente dont une consacrée aux personnes prioritaires.

Les résultats des tests arriveront plus rapidement : dans les 48 heures pour les personnes prioritaires et dans un délai de 5 jours pour les autres.
Au total en Haute-Garonne, 22 000 tests sont effectués par semaine, selon le CHU.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société social économie coronavirus/covid-19