Coronavirus : la désinfection des centres villes est-elle utile pour lutter contre l’épidémie ?

Plusieurs villes d'Occitanie ont procédé à une désinfection du mobilier urbain pour enrayer la propagation du coronavirus. Mais rien ne prouve que cette pratique soit efficace pour lutter contre la contamination du Covid-19.
Plusieurs villes d'Occitanie ont procédé à une désinfection des rues et du mobilier urbain pour enrayer la propagation du coronavirus.

Pourtant, rien ne permet de dire que ce lavage de l'espace urbain est efficace pour empêcher le virus de se propager. En effet, on ne sait pas avec certitude combien de temps ce Covid-19 peut rester présent sur les surfaces en extérieur.

"C'est complètement contre-productif"

Jean Olivier est le directeur régional de France Nature Environnement et pense que "c'est vraiment une erreur et complètement contre-productif".

Il précise, 

L'eau de javel est corrosive, elle peut fragiliser la population et risque de créer des problèmes respiratoires. Et depuis hier, mardi 7 avril, Le Haut Conseil de la Santé Publique  (HCSP) recommande désormais de ne pas utiliser de désinfectant sur la voie publique.
Plusieurs aspect sont problématiques avec ce genre de désinfection. "C'est nocif pour la santé et pour l'environnement", insiste Jean Olivier.

La désinfection massive contribue à réduire l'immunité et nous expose davantage, mais cela affaiblit aussi la biodiversité microbienne et donc laisse plus de place à un virus en expansion comme le Covid-19. Cela va à l'encontre du but recherché

Le HCSP "recommande de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie, du fait de l’absence d’argument scientifique de l’efficacité d’une telle mesure sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2".


Une opération de désinfection ciblée

La ville de Toulouse s'est lancée, dès le lundi 6 avril 2020, dans une opération de désinfection ciblée. De l'eau de javel très largement diluée et seulement sur une partie du mobilier urbain autour des sites les plus fréquentés, précise le maire Jean-Luc Moudenc. Pas de désinfection massive de la voirie donc.

 
Dans un communiqué de presse datant du lundi 6 avril, Toulouse Métropole confirme "désinfecter les mobiliers urbains avec une solution de javel diluée sur des sites identifiés comme à risque".

Les centres de soins Covid-19, les commerces de proximité, les pharmacies, les bureaux de poste et certaines gares. En moyenne, chaque site sera nettoyé 2 fois par semaine. Cette action accompagne et renforce les mesures et les gestes barrières contre la propagation du virus, indique le communiqué.


Pas d'eau de javel à Montauban

A Montauban, les services de nettoyage ont rajouté un "produit lavant" d'après Didier Lallemand, directeur général des services de Montauban.

Le "Suma bac10" est un dégraissant et détergent que nous avons rajouté depuis le début de la crise pour le nettoyage du centre ville. Je n'ai pas désinfecté le centre ville à l'eau de javel, insiste Didier Lallemand.

Le directeur général des services précise qu'ils ont renforcé des mesures de nettoyage. "Nous avons doublé les fréquences de nettoyage sur les points d'apport volontaire et les ascenseurs publics".

D'autres villes ne désinfecteront pas leur centre ville


A la mairie d’Auch dans le Gers, "une désinfection générale n’est pas à l’ordre du jour", confirme le service de communication.

Nous assurons la propreté de notre espace public normalement. Nous n'avons pas prévu de nettoyer le centre ville. En plus, le Haut Conseil de la Santé Publique vient de publier un rapport qui va dans ce sens. Donc, cela ne sert à rien ou juste à un impact psychologique.

A Cahors dans le Lot et à Foix en Ariège, aucune opération de désinfection du centre ville n’est programmée, tout comme à Albi ou à Castres dans le Tarn.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société