Coronavirus : en plein confinement, un maire près de Toulouse est élu virtuellement par son conseil municipal

Photo d'illustration / © Ludovic Marin / AFP
Photo d'illustration / © Ludovic Marin / AFP

Les conseils municipaux pour l’élection des maires sont reportés en raison du coronavirus. Mais la commune de Buzet-sur-Tarn (Haute-Garonne) a tenu un conseil municipal numérique afin d'élire maire et adjoints. Une procédure illégale afin d'assurer le "maintien de la démocratie locale".

Par Sylvain Duchampt

Le rendez-vous a été fixé au dimanche 29 mars à 18 heures. Les 23 conseillers municipaux de Buzet-sur-Tarn (Haute-Garonne) et 7 spectateurs sont présents pour ce conseil municipal où le nouveau maire de la commune et ses adjoints vont être élus. Après environ deux heures de scrutin, Gilles Joviado a été réélu maire à l'unanimité auquel s'ajoutent 6 adjoints. 
 

D'apparence, ce conseil municipal est des plus normal et pourtant... Il s'est tenu en totalité sur l'application WhatsApp et a été retransmis en direct sur la page Facebook de la commune !
 

Maintenir la démocratie locale

"Nous pensions qu'il ne fallait pas couper le lien entre les élections municipales du 15 mars et l'élection des maires alors qu'il y a des communes comme la notre où le conseil municipal a été élu dès le premier tour" explique le maire de Buzet, Gilles Joviado avant de préciser plus en détail la démarche : "il n'y a aucune légalité dans tout ça. Le but est d'avoir une démarche afin de permettre que la démocratie locale, à l'échelon des communes, puisse continuer. Cela se fait déjà partout : au niveau des départements, des régions, du parlement ou du gouvernement. La démocratie locale ne doit plus être mise sous cloche.

Réunis virtuellement sur un groupe WhatApps, les élus ont voté via l'application aDoodle : "Pour chaque vote à scrutin secret, notre secrétaire générait le vote via l’application adoodle, détaille le premier édile. Un code était créé au moment de la création du vote. Seul le secrétaire connaissait ce code et il ne le donnait au groupe WhatsApp qu’une fois le vote et le mail permettant de voter était envoyé aux conseillers municipaux." 
 
La préfecture de Haute-Garonne a été prévenue de la démarche. Gilles Joviado sait qu'il devra réunir à nouveau son conseil municipal "physiquement" au mois de mai.  "Je suis persuadé qu'il va nous falloir à nouveau voter. Cela ne nous pose aucun problème. Nous voulions démontrer qu'il y avait des solutions qui existent en cette période exceptionnelle de confinement. La démocratie locale ne doit plus être mise sous cloche.
 
Ecoutez l'interview du maire de Buzet-sur-Tarn, Gilles Joviado :

Sur le même sujet

Les + Lus