Coronavirus : reprise partielle de l'activité chez Airbus en France et en Espagne

Ces mesures de chômage partiel, annoncées lors du comité social et économique (CSE) central extraordinaire le 17 avril, devraient durer un mois. / © Hannah MacKay/MaxPPP
Ces mesures de chômage partiel, annoncées lors du comité social et économique (CSE) central extraordinaire le 17 avril, devraient durer un mois. / © Hannah MacKay/MaxPPP

Airbus avait annoncé mardi 17 mars 2020 la suspension de son activité en France et en Espagne pendant quatre jours. L'avionneur européen prévoit une reprise partielle ce lundi 23 mars, après avoir réalisé des contrôles de santé et de sécurité liées à la propagation du coronavirus.

Par Marie Martin (avec AFP)

Ainsi Airbus prévoit une reprise partielle lundi de sa production, non sans avoir réalisé des contrôles de santé et de sécurité liées à la propagation du coronavirus pendant les quatre jours de suspension de l'activité, a annoncé l'avionneur dimanche dans un communiqué.

Santé et sécurité garantis

"Airbus a effectué avec le soutien de ses partenaires sociaux d'importants travaux visant à garantir la santé et la sécurité de ses employés, tout en assurant la continuité de ses activités", a indiqué le constructeur qui avait annoncé mardi la suspension de sa production en France et en Espagne pendant quatre jours avec une reprise prévue lundi dans des "conditions strictes" permettant d'assurer la sécurité des salariés face à l'épidémie.
Lundi 23 mars, "seuls seront rouverts les postes de travail s'ils sont en totale conformité avec les nouvelles mesures de santé et de sécurité en matière d'hygiène, de nettoyage et d'auto-distanciation, tout en améliorant l'efficacité des opérations dans de nouvelles conditions de travail", a-t-il précisé. "Les postes de travail de nos sites français et espagnols ne rouvriront que s'ils sont conformes aux exigences", a-t-il poursuivi. 

Contradictoire

Une annonce qui n'a pas complètement rassuré, même si cette reprise partielle est proposée au personnel sur la base du volontariat. Ainsi, Xavier Petracchi, délégué syndical chez Airbus, a réagi dès dimanche : "C’est contradictoire de reprendre le travail alors qu’on s’attend à un pic de l’épidémie la semaine prochaine et que les mesures de confinement pourraient être renforcées".
"On est contre la reprise de la production, sauf activités vitales. La fabrication d'avion n'a rien de vital aujourd'hui. C'est irresponsable dans ces conditions. Airbus a les moyens d'être solidaire", a réagi Michel Molesin, coordinateur CGT chez Airbus Group. "On ne comprend pas que les salariés d'Airbus utilisent
des masques pour travailler alors que les soignants en manquent
", a-t-il ajouté.

"On a donné notre aval sous réserves. On fera un point (lundi) en fin de journée pour déterminer si les conditions sanitaires sont acceptables ou non, poste par poste", a affirmé Françoise Vallin, déléguée CFE-CGC, deuxième syndicat du groupe.

Airbus emploie 48 000 salariés en France et 2 700 personnes en Espagne.

Reprise en Chine depuis février

"Des mesures similaires sont appliquées à tous les autres sites du groupe dans le monde, sans interruption totale des activités", a poursuivi l'avionneur. La chaîne d'assemblage final de Tianjin en Chine a repris ses activités "en février" après une fermeture provisoire liée à l'épidémie de coronavirus, a ajouté Airbus, précisant qu'elle était "désormais parfaitement opérationnelle".

Des dons de masques à l'Espagne et à la France    

Le groupe a "fait don de plusieurs milliers de masques aux hôpitaux et aux services publics européens et a commencé à utiliser ses avions test pour acheminer de plus grandes quantités de Chine", selon la même source.
"En outre, un A330-800 d'essai a transporté ce week-end environ 2 millions de masques médicaux de Tianjin vers l'Europe dont une large majorité sera donnée aux gouvernements espagnols et français", a-t-il précisé, ajoutant que "d'autres vols sont prévus dans les prochains jours".
 
Le travail reprend ce lundi dans certaines usines du groupe Airbus en banlieue de Toulouse.

Annulation du versement des dividendes aux actionnaires

Airbus a également annoncé avoir annulé le versement de dividendes à ses actionnaires au titre de l'année 2019 ainsi que ses prévisions de résultats pour 2020, par souci d'atténuer l'effet de la crise du coronavirus sur sa trésorerie.
Dans un communiqué, Airbus précise avoir "reçu l'aval" de son conseil d'administration pour "retirer la proposition de dividende 2019 de 1,80 euro par action qui représente une valeur totale d'environ 1,4 milliard d'euros". 
Il annonce également avoir obtenu une nouvelle ligne de crédit pour porter ses liquidités disponibles à 30 milliards d'euros contre 20 précédemment.
"Notre priorité consiste à protéger les personnes tout en soutenant les efforts mondiaux visant à freiner la propagation du coronavirus. Nous sécurisons également nos activités afin de préserver l'avenir d'Airbus et de
reprendre efficacement nos opérations après la crise
", a déclaré Guillaume Faury, président exécutif d'Airbus, cité dans le texte.
Grâce à ces décisions, "l'entreprise dispose de liquidités suffisantes pour faire face aux besoins de trésorerie supplémentaires liés au Covid-19", précise Airbus en annonçant également la suspension du financement volontaire des retraites complémentaires.
"Nous avons annulé nos prévisions 2020 en raison de la volatilité de la situation. Dans le même temps, nous nous engageons à garantir les liquidités de l'entreprise à tout moment, grâce à une politique de bilan prudente. Je suis convaincu qu'Airbus et l'ensemble du secteur aéronautique et spatial surmonteront cette période critique", a ajouté Guillaume Faury.
L'assemblée générale de l'entreprise aura lieu le 16 mai à Amsterdam et Airbus invite ses actionnaires à ne pas s'y rendre physiquement. 
En 2019, le groupe, qui emploie environ 135 000 personnes dans le monde, a publié un chiffre d'affaires de 70 milliards d'euros.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus