Coronavirus : le TFC, le Stade Toulousain et Colomiers veulent accueillir plus de 5 000 supporters dans leurs tribunes

A l'orée de la saison 2020-2021 de football et de rugby, les présidents du TFC, du Stade Toulousain et de Colomiers demandent des dérogations pour pouvoir accueillir plus de 5 000 supporters par match dans leurs stades. Une réunion en préfecture n'a pas franchement levé leurs inquiétudes.

Pénalisés à cause du Covid-19, le TFC, le Stade Toulousain et Colomiers Rugby veulent obtenir une dérogation pour accueillir plus de 5 000 supporters lors des rencontres disputées dans leurs stades.
La "Jauge" limitée à 5 000 spectateurs dans les tribunes des terrains de football et de rugby - imposée par le gouvernement en raison des risques de contagion au coronavirus - fait peser une grave menace économique sur l'avenir de ces clubs professionnels.

5 000 spectateurs c'est trop peu

Didier Lacroix, président des "Rouges et Noirs", avait prononcé une formule choc, au plus fort du confinement : "en cas de début de saison à huis-clos, l'espérance de vie du Stade Toulousain est de 40 jours"... Et une limitation à 5 000 spectateurs ne vaut guère mieux, surtout compte tenu du fait que le club fait 80% de ses recettes grâce à la billetterie les jours de match (et ce qui va autour).
D'où l'importance, pour lui comme pour ses 2 collègues, de faire entendre ces inquiétudes auprès des autorités haute-garonnaises.

Ne pas décevoir les abonnés

Leurs campagnes d'abonnements pour la saison 2020-2021 ont déjà été lancées, et cette contrainte les place en porte-à-faux auprès de leurs supporters les plus fidèles. 
Pour ces 3 clubs, les 3 problématiques sont différentes :
  • le club de football du TFC dispose de 33 000 places dans les tribunes du Stadium : limiter sa capacité à 5 000 places le pénalise alors que selon le président du club Damien Comolli les Violets auraient pu attirer 10 000 à 12 000 supporters pour le match de reprise du championnat, ce samedi 22 août dernier
  • le Stade Toulousain, champion de France du Top 14 de rugby en 2019, dispose d'une capacité de 19 000 places dans son enceinte d'Ernest Wallon. Mais le club a déjà vendu plus de 18 000 billets pour le quart de finale de Coupe d'Europe contre les irlandais de l'Ulster, le 20 septembre prochain, en comptant sur la capacité d'accueil supérieure... du Stadium !
  • quant au sociétaire de Pro D2 de rugby de Colomiers, son problème est diamétralement opposé : avec 7 600 places au sein du Stade Michel Bendichou, l'impératif de limiter l'occupation des tribunes à 1 siège sur 2 le contraint à rester très en-dessous de la barre des 5 000 spectateurs. De plus, c'est compter sans la limitation à 10 places dans chaque loge de sponsors contre 20 habituellement : le manque à gagner potentiel fait peser une lourde menace sur les finances du club de la banlieue toulousaine.

Ce mardi matin 25 août s'est tenue une réunion en préfecture : l'occasion pour les dirigeants des 3 clubs de tenter d'infléchir la position du représentant de l'Etat en région Occitanie.

Nous avons longuement rencontré le préfet et son directeur de cabinet. On nous a laissé le temps d'exposer nos protocoles sanitaires respectifs : billetterie dématérialisée, accès au stade, mise à disposition de gel hydroalcoolique, répartition des places et déplacements en tribunes. Nos interlocuteurs ont été attentifs, et ont bien compris que chaque problématique était différente.

Alain Carré, président de Colomiers Rugby

Les représentants des clubs de l'agglomération toulousaine ont obtenu des réponses concrètes sur 2 points :
  • il sera impératif de déposer un dossier détaillé de demande de dérogation au moins 11 jours avant la date du match concerné
  • la préfecture s'engage à donner une réponse - qu'elle soit positive ou négative - 7 jours avant la date fatidique
Pour le président columérin, la situation a le mérite d'être claire : "à Toulouse le contexte sanitaire est défavorable pour l'instant; il est clair que du côté des autorités on n'est pas trop enclin à faire des entorses aux strictes mesures actuelles. Mais cette position peut évoluer avec les circonstances, dans le bon ou dans le mauvais sens".

Pour l'instant pas de dérogation

Dans l'immédiat l'optimisme ne semble guère de mise : en effet le préfet de Haute-Garonne et de la région Occitanie a tenu à préciser "qu’aucune dérogation ne saura être accordée tant que le contexte épidémiologique suivra sa tendance défavorable, notamment au regard de la hausse du taux d’incidence". Les 3 présidents de clubs et le représentant de l'Etat sont au moins d'accord sur une base essentielle : "la sécurité sanitaire des joueurs et des supporters demeure au cœur des préoccupations de tous, dans une période où le relâchement n’est pas acceptable".

Vigilance et espérance

Il ne leur reste plus qu'à observer à la loupe les chiffres de l'évolution des contaminations au coronavirus sur la métropole toulousaine, et espérer que le renforcement des mesures sanitaires mis en place depuis le lundi 21 août dernier porte ses fruits au plus vite, dès le début septembre.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité