Coronavirus : une Toulousaine veut se lancer dans la fabrication de masques en faveur des sourds et malentendants

« Vos lèvres sont mes oreilles ». C’est sous ce slogan qu’une Toulousaine atteinte de surdité, souhaite développer des masques, en partie transparents, pour permettre aux sourds et malentendants de lire sur les lèvres. Un financement participatif a été lancé pour fabriquer ces masques

© Anissa Mekrabech
Anissa Mekrabech est une jeune Toulousaine atteinte de surdité « moyenne bilatérale » et appareillée. C’est en se rendant à la pharmacie, début avril, que l’idée lui est venue.
"Je me suis rendue à la pharmacie pour acheter un médicament. Il y’avait 3 employés. Les 3 portaient un masque chirurgical. À un moment donné, la pharmacienne m’a posé une question, malheureusement je ne pouvais pas lire sur ses lèvres. Alors je lui ai expliqué que je suis sourde et qu’habituellement je lis sur les lèvres mais qu’avec les masques, je ne pouvais pas. Elle a fait l’effort de parler plus fort, ce que j’ai grandement apprécié."

Un prototype en partie transparent

Voir cette publication sur Instagram

(English scroll down) Bien qu'un masque soit un moyen pour nous protéger, il peut être source d'exclusion pour certains. En effet, il est peut être une barrière à la communication pour les personnes S/sourdes qui s'appuient sur la lecture labiale ou qui ont la Langue des Signes comme mode de communication (il empêche de voir correctement l'expression du visage qui donne un sens au discours). Ayant une surdité moyenne bilatérale, j'ai été confrontée à cette situation et malheureusement je n'ai pu communiquer avec la pharmacienne correctement (l'histoire est détaillée dans le lien). Merci de bien vouloir partager ce post (et/ou participer à la collecte ❤, le lien est dans la bio). A mask can protect us but it can also cause exclusion. For D/deaf people (who rely on lipread to better understand the speech or who sign but can't see the full face expression), this mask can be a communication barrier. I have a moderate deafness and last week I couldn't communicate well with my pharmacist (full story in link - in profile). Please share this post (and/or join the fundraiser ❤ link in profile). #deaf #sourd #sourds #lsf #languedessignes #diymask #diyseethroughmask #inclusion #accessibility #malentendants #hardofhearing #hoh #sourdes #signlanguage

Une publication partagée par @ masqueinclusif le


A partir de cette expérience, Anissa décide de se lancer dans la fabrication d'un prototype. Un masque inclusif qui permettrait aux sourds et malentendants de lire sur les lèvres. Avec un morceau de tissu et du film plastique transparent. Le résultat est encourageant. L’idée d’une production plus large lui vient à l’esprit.
© Anissa Mekrabech

« J’ai pensé également à l’issu du confinement que nous serions peut-être tous contraints, pour nous protéger et éviter une deuxième vague d’épidémie, de porter un masque. "

Financement participatif


"Bien évidemment il s’agit d’un prototype, c’est pourquoi, j’ai mis en place cette récolte de fond afin que l’on puisse ensemble créer ce masque qui permettra l’inclusion et l’accessibilité à 100% des personnes sourdes. Les fonds récoltés seront destinés à financer les prototypes, la production, la certification et la distribution sur le marché en France et en Europe"
Anissa s’est fixé un objectif de 5000 euros avec cette cagnotte en ligne. Objectif réussi, ce dimanche 12 avril, 5165 euros ont déjà été récolté. 
En début de semaine Anissa Mekrabech prendra contact avec des fabricants de masques.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société handicap
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter