Coronavirus : à Toulouse, l'opposition veut profiter du conseil municipal pour (enfin) se faire entendre

Malgré le confinement, le conseil municipal de Toulouse va se tenir mercredi 29 avril dans un dispositif un peu particulier. L'occasion pour les élus d'opposition de se faire entendre dans un contexte où le maire et candidat à sa propre succession, Jean-Luc Moudenc, occupe la totalité de la scène.

© Mairie de Toulouse
Malgré le confinement, il y aura bien un conseil municipal, mercredi 29 avril, à Toulouse au Capitole. Une demande faite avec insistance par l'opposition depuis le début du confinement : "Je le souhaitais. C'est donc bien que ce conseil se tienne. Il est important qu'il n'y ait pas de démocratie sans élus" estime le conseiller municipal et tête de la liste Archipel Citoyen, Antoine Maurice.
   

Jean-Luc Moudenc en "cavalier seul"

Car depuis le début de la crise sanitaire, un homme symbolise à lui seul l'action municipale toulousaine : Jean-Luc Moudenc. Les masques. Les écoles. La désinfection des rues. Le maire sortant a pris en main l'ensemble des dossiers ayant trait à la gestion de cette crise, laissant au second plan ses propres adjoints.

"Il fait cavalier seul depuis le début, constate la présidente du Groupe Générations, socialisme et écologie, Isabelle Hardy. D'ailleurs, il utilise cette période pour continuer sa campagne auprès des personnes âgées et des seniors. C'est à se demander en quoi est-ce utile d'appeler les Toulousains au téléphone pour leur dire qu'ils auront des masques grâce à la mairie..."
 

Un conseil municipal, "coup de com'" ?

Difficile dans ce contexte d'exister et de se faire entendre pour l'opposition. Selon Isabelle Hardy, ce conseil municipal bien qu'"utile" est une façon pour Jean-Luc Moudenc de montrer qu'il "donne la parole à tous les élus" en dehors des réunions hebdomadaires en visio mis en en place depuis plusieurs semaines avec les représentants des différents groupes municipaux et de l'agglomération.

Pour sa part, "le constat est le même partout en France" analyse Antoine Maurice : "L'ordonnance du 1er avril pour la continuité de fonctionnement des collectivités concentre toutes les décisions autour du maire. Nous aurions souhaité dans cette situation que tout le monde soit associé. "

Des attaques "dénuées de tout fondement" pour Jean-Luc Moudenc : "Je regrette que l'opposition soit dans la polémique. Dès le début du confinement j'ai associé l'opposition. Les pouvoirs exceptionnels que m'a attribué l'ordonnance du 1er avril ne m'y obligeait pourtant pas. Nous avons organisé six réunions hebdomadaires de deux heures chacune avec eux, au niveau municipal et métropolitain. J'ai été ouvertPour la question des masques, beaucoup de gens n'en ont pas été informés. Ce message téléphonique enregistré est un moyen de les prévenir, pas une initiative électorale. Tout ceci n'a pas de consistance. Je suis sur le pont dès le premier jour. Je suis actif et engagé dans cette crise et c'est ce qu'attendent les Toulousains. "

Le conseil municipal de mercredi soir sera particulier : seuls 25 élus sur 69 y participeront. 17, « en présentiel » dans la grande salle du conseil du Capitole et 8 autres en visioconférence. L'occasion pour les groupes de l'opposition municipale d'évoquer plusieurs propositions communes concernant notamment les questions scolaires et préparer le déconfinement.
 
"Il faut mettre en place une cellule de déconfinement qui réunisse la majorité, les élus d'opposition, les associations et les autres collectivités. De nombreux problèmes apparaissent et qu'il faudra résoudre estime Isabelle Hardy. A Tisséo par exemple, certains chauffeurs parlent d'exercer leurs droit de retrait en raison de mesures à faire appliquer aux usagers à compter du 11 mai. Tout cela est très vaste. Il faut anticiper ces questions et y apporter un volet social."
 
Une voix que comptent faire entendre Antoine Maurice et Isabelle Hardy mercredi soir lors de ce conseil diffusé en live pour le public sur le site de la mairie. En tout cas, si ce conseil municipal exceptionnel ne connait pas de "bug" technique...
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter