• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Coupe de France : Mélanie Briche, une femme discrète à la tête du Toulouse Rodéo FC

Mélanie Briche / © MaxPPP
Mélanie Briche / © MaxPPP

Alors que le club toulousain dispute samedi les 32èmes de finale de la Coupe de France de football à Bergerac, rencontre avec son entraîneur, une femme, ancienne internationale. 

Par France 3 avec AFP

"Tant qu'on connaît la discipline, homme, femme, ça ne change rien". Loin de la médiatisation de Corinne Diacre à Clermont (L2), une autre ancienne internationale sera sur le banc à l'occasion des 32èmes de finale de Coupe de France : Mélanie Briche, dont le Toulouse Rodéo (CFA2) se rend à Bergerac (CFA) à 15h00 samedi.

Sur le terrain municipal d'un quartier populaire de Toulouse, un bonnet vissé sur la tête pour affronter le froid, l'ancienne attaquante dirige l'entraînement. Seule au milieu de ses joueurs.
"Le foot, c'est l'histoire d'une vie. Je joue depuis que je sais marcher, je jouais dans la cour de récré avec les garçons", raconte, avec une passion pour le ballon rond toujours aussi vive, la native d'Amiens, âgée de 41 ans.

Etudiante à Toulouse, elle devient championne de France universitaire avant d'intégrer la section féminine du TFC avec qui elle remporte quatre titres de championne de France entre 1999 et 2002 et une Coupe de France en 2002. Une période couronné par 10 sélections en équipe de France (1999-2000).
"Et après cette belle aventure sportive en féminine, je suis passé chez les garçons", explique Mélanie Briche qui a notamment entraîné Saint-Alban (CFA2) avant de s'asseoir en 2012 sur le banc du Rodéo.

EN VIDEO / le portrait de Mélanie Briche par France 3 en mars dernier
Mélanie Briche, entraîneure du Toulouse Rodéo FC
Depuis trois ans, cette femme entraîne l'équipe masculine de ce club amateur.

"C'est pas hyper courant", reconnaît-elle mais "dans le hand, le basket, le volley, ça l'est". D'éventuels a priori des joueurs ? "Aucun. Ils connaissent le palmarès quand même", sourit-elle.

"Pour les joueurs, c'est naturel, ils voient juste le coach. Nous, on ne l'a pas prise parce que c'est une femme mais pour ses qualités. On arrive deux années d'affilée à se hisser en 32e de finale de la Coupe de France, c'est quand même le fruit d'un travail", souligne le président du club, Aziz Kourak.

Aux dires de Mélanie Briche, ce serait même plus facile pour une femme que pour un homme d'entraîner des garçons : "c'est plus simple, il y a moins de rentre-dedans, cela ne va pas au clash, c'est plus posé".

Son capitaine, Walid Cherfa, ancien du TFC qui a joué ensuite notamment en deuxième division espagnole, confirme : "On ne l'a jamais vue crier sur un joueur. Lorsqu'elle parle, c'est juste pour dire des choses sensées alors qu'un homme se permet plus de choses".

Le rêve de l'ancienne Bleue, qui à côté du foot travaille comme éducatrice sportive dans un club de gym et forme des éducateurs, serait un jour d'entraîner une équipe professionnelle comme Corinne Diacre, son ancienne partenaire en équipe de France.
"Bien sûr, si on m'en donne l'occasion !", assure la Picarde aux cheveux courts, qui se souvient avoir ressenti "beaucoup de fierté" quand Corinne Diacre est devenue en 2014 la première femme à entraîner des hommes pros. "Elle a de bons résultats,
elle est en train de bien structurer son club, félicitations à elle !".

Mais dans l'immédiat, son objectif est de passer les 32èmes de finale. Pour se retrouver face à une grosse équipe au tour suivant. "Pour les gars, le PSG ou l'OM !". Avant de se reprendre, toujours avec le sourire, en ancienne du TFC : "peut-être pas l'OM
en fait car cela voudrait dire qu'ils auraient battu le TFC" dimanche.

Sur le même sujet

Battle Of The Year : Interview du Bboy Dany

Les + Lus