Mauvais chiffres de la Covid à Toulouse : prolongation d'une semaine de la fermeture des quais de la Garonne

Malgré une légère baisse du taux d’incidence de l'épidémie de Covid à Toulouse, les chiffres restent proches du taux d'alerte maximale, selon la préfecture et la mairie, qui ont décidé de prolonger l'interdiction des quais de la Garonne au centre-ville jusqu’au dimanche 14 mars à minuit.

Le quai de la Daurade à Toulouse, samedi 27 février 2021
Le quai de la Daurade à Toulouse, samedi 27 février 2021 © E.Coorevits/FTV

Fermés depuis le 28 février dernier, les quais de la Garonne au centre de Toulouse le resteront encore au moins jusqu'au dimanche 14 mars à minuit.

La décision a été prise conjointement ce dimanche par le préfet de la Haute-Garonne, Etienne Guyot, et le maire de la ville, Jean-Luc Moudenc.

Dans un communiqué, le maire et le préfet rappellent qu'ils avaient fermé les quais "compte tenu du taux d’incidence très élevé qui était alors observé à Toulouse, et des nombreux rassemblements statiques sans respect de la distanciation physique, ni port du masque, qui y avaient été constatés les jours précédents, malgré un renforcement des contrôles".


"Une semaine plus tard, le taux d’incidence a légèrement baissé mais demeure très élevé (246 cas positifs sur 100 000 habitants), juste en-deçà du seuil d’alerte maximale", expliquent-ils. D'où la prolongation de la fermeture jusqu’au dimanche 14 mars 2021 à minuit de ces secteurs de Toulouse :

• les berges de la Garonne situées en contrebas de la place Saint-Pierre, du quai Saint-Pierre, du quai Lucien Lombard, du quai de la Daurade, du quai de Tounis et correspondant à la promenade Henri Martin,
• la place de la Daurade,
• la prairie des Filtres,
• le quai de l'Exil Républicain Espagnol.

"La liste des lieux concernés par l’obligation pourra être actualisée en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. Le non-respect de cette obligation expose les contrevenants à une amende de 135 €", conclut le communiqué.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société