Covid : le groupe CGR, dont Blagnac, se mobilise pour la réouverture des salles de cinéma

Le groupe CGR, et l'ensemble de ses salles de cinéma de France, se mobilise après un an de fermeture, via une grande opération de communication. C'est le cas du complexe de Blagnac, en Haute-Garonne.

Covid : le groupe CGR, dont Blagnac, se mobilise pour la réouverture des salles de cinéma
Covid : le groupe CGR, dont Blagnac, se mobilise pour la réouverture des salles de cinéma © Groupe CGR

Bientôt 235 jours de fermeture pour les salles de cinéma françaises. Pour tenter de se faire entendre, le groupe CGR et la fédération française des cinémas font tourner une petite vidéo sur les réseaux sociaux.

"Silence"

Une vidéo d'une minute 30, symboliquement titrée "Silence" est ainsi partagée sur les réseaux sociaux des différents cinémas du groupe. On y redécouvre les plaisirs liés au cinéma. Les bruits du pop-corn, des rires, le noir qui se fait, des dialogues...

La vidéo se termine sur ces mots : nos spectateurs nous manquent.

Sous le "hashtag" ouvrez les cinémas, le groupe espère mobiliser ses spectateurs et faire fléchir le gouvernement. 

Le cas de Blagnac

Le complexe CGR de Blagnac, c'est 15 salles pour un total de 2 900 places. Aujourd'hui, une trentaine de personnes est en chômage partiel. Et il n'y a aucune perspective, aucune date, pour une réouverture prochaine. Le directeur du complexe de Blagnac trouve le temps long.

Nous avons besoin d'une date, car nous allons avoir besoin de nous organiser. Beaucoup de films sont en attente, certains vont être sacrifiés...C'est difficile de ne pas savoir.

Jean-Baptiste Salvat, directeur CGR Blagnac

Le 15 décembre dernier, les patrons de cinémas pensaient pouvoir rouvrir leurs portes au public. Mais la veille de l'ouverture annoncée, les salles n'avaient finalement pas eu l'autorisation. 

Des mesures sanitaires exemplaires

Jauge limitée, distanciation sociale, port du masque durant toute la durée du film...Tout a été fait pour que les cinéphiles ne prennent aucun risque. 

On nous dit que nos mesures sont très strictes et que c'est très bien, mais cela ne change rien. On reste fermé ! Nous sommes vraiment dans l'incompréhension.

Jean-Baptiste Salvat, directeur CGR Blagnac

En attendant, deux fois par semaine, Jean-Baptiste Salvat se rend dans son multiplex pour faire tourner les projecteurs...

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société culture cinéma