"Dans le combat de David contre Goliath, des fois, c'est David qui gagne", se réjouit une Toulousaine menant un combat pour sécuriser sa rue trop étroite

Lucie Lafabrie, handicapée, n'osait plus sortir de chez elle. Dans sa rue très étroite, 120 bus circulent chaque jour frôlant le portillon de son domicile. Après des années de combat, le tribunal administratif vient de reconnaître la dangerosité de la situation, et condamne la ville de Toulouse et Toulouse-Métropole à effectuer des travaux.

"Quand mon avocate m'a annoncé la nouvelle, je n'osais pas y croire ! Je suis contente et soulagée", raconte Lucie Lafabrie. Cette Toulousaine sort d'une longue bataille. Après 4 ans de procédure judiciaire la justice lui a donné raison. Le tribunal administratif a reconnu le 23 mai le caractère dangereux de sa situation rue du chemin de Lhers, suivant ainsi les conclusions du rapporteur public lors de l'audience du 2 mai dernier.

La ville condamnée

Lucie Lafabrie vit rue du chemin de l'Hers à Toulouse. Une rue à double sens trop étroite pour que bus et camions circulent normalement. La densification des constructions et du trafic ces dernières années a accentué les difficultés de circulation.

Cette mère de deux enfants voit défiler sous ses fenêtres 120 bus par jour. Des véhicules qui, faute de chaussée suffisamment large, empiètent sur les trottoirs et frôlent le portillon de son entrée. Cette habitante de Toulouse, handicapée nous confiait sa peur de sortir de chez elle. "J'adapte mes heures de déplacement à la circulation. J'évite les heures de pointe pour aller faire mes courses. Si je me déplace avec un sac de courses, c'est sûr, je vais me faire renverser."   

Un délai de 6 mois pour effectuer des travaux

Depuis 2018 elle n'a eu de cesse de demander des aménagements à la mairie de Toulouse. Sans succès. "Je ne croyais plus que cela avancerait. Vous savez on m'a parfois répondu qu'il fallait que je m'y fasse ou que je me casse. Alors oui c'est une victoire cette décision de justice. Comme quoi dans le combat de David contre Golitah, c'est parfois David qui gagne", précise Lucie Lafabrie.

Le tribunal administratif condamne en effet la ville et Toulouse-Métropole à "réaliser les travaux nécessaires afin que Madame Lafabrie puisse entrer et sortir de chez elle en toute sécurité et disposer d'un accès véhicule à a propriété". Des travaux qui doivent être achevés dans 6 mois.

Je ne réalise pas encore vraiment. Vous savez on m'a souvent dit que j'étais une emmerdeuse. Et que la circulation du Lineo dans ma rue était plus importante que ma petite situation personnelle

Lucie Lafabrie

L'avocate de Lucie Lafabrie, Léa Laffourcade, reste vigilante. " Je vais suivre le dossier. Nous allons voir s'ils font appel. Ils ont deux mois pour le faire. Mais l'appel n'est pas suspensif de la décision. Ensuite les travaux seront-ils lancés ? J'avais demandé une astreinte par jour de retard mais le tribunal ne m'a pas suivi sur ce point. Je vais me rapprocher des services de la mairie pour voir ce qui est prévu et m'assurer que les travaux débuteront bien. Mais je reste optimiste".

Lucie, confie avoir eu du mal à s'endormir à l'annonce de la décision du tribunal administratif. Ni la mairie, ni Toulouse-Métropole n'ont, pour l'heure, répondu à nos sollicitations.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité