De mauvaises analyses d’eau, 900 cures annulées, les ennuis en cascade d'une petite ville thermale

Mauvaise nouvelle pour les curistes à Bagnères-de-Luchon en Haute-Garonne : 900 cures annulées en raison de mauvaises analyses de l'eau de la balnéothérapie. Un coup dur pour cette ville dont l'activité économique dépend en grande partie des thermes.

Jusqu’à fin octobre 2023, date de fin de la saison thermale, les thermes de Luchon en Haute-Garonne fonctionneront avec une capacité d’accueil réduite. Ce sont au total 900 curistes qui ont vu leurs séjours annulés aux thermes de Bagnères-de-Luchon. En cause, un incident technique, et de mauvaises analyses d’eau qui entraînent la fermeture du service de balnéothérapie et ses quarante-cinq baignoires.

Mauvaise surprise

Malgré les neuf cents cures annulées à Bagnères-de-Luchon, la plupart sont maintenues. Et pour certains clients, le service, l'accueil et les soins ne sont pas à la hauteur cette année."Je pense qu'il n'aurait pas fallu que la cure ouvre cette année. Qu'ils règlent d'abord les problèmes techniques avant de faire venir les curistes", témoigne Nadine Pasquet, curiste, habituée des lieux. 

Un état de fait déploré par la direction de l'établissement, "c’est une mauvaise surprise, un aléa de chantier avec des travaux considérables. Près de 40 millions d'euros. On ne s’attendait pas à avoir ce souci et on le subit comme nos curistes", explique Virginia Blanc, Chargée de communication du groupe thermal Arenadour.

Impact économique

Dans cette petite ville de 2 200 habitants, l’activité économique dépend en grande partie de la venue des curistes, notamment en arrière-saison. Hôtels, restaurants et commerces sont impactés par le ralentissement de l'activité thermale. "En septembre, octobre, c'est là où on fait le plein, constate Christophe Deschamps, Président de l'association des commerçants et artisans du Pays luchonnais, il va manquer gros à la fin de la saison".

Car après le Covid, et le retard de la télécabine pour la station de ski locale, ce nouveau désagrément pèse sur le budget de la ville. "Évidemment, pour les commerçants c'est une perte sèche, mais je veux rester sur une note positive, à la fin de l'année les thermes auront accueilli près de 5000 curistes", relativise Éric Azémar, Maire (SE) de Bagnères-de-Luchon.

À la fin des travaux, prévue en 2024, la station thermale sera capable d’accueillir plus de 10 000 curistes par an.