"On ne peut pas se moquer impunément des religions" : la déclaration polémique de l'Archevêque de Toulouse

La France est endeuillée par le terrorisme. Après le nouvel attentat commis ce jeudi 29 octobre à Nice, Monseigneur Le Gall, Archevêque de Toulouse, déclare vendredi 30 octobre que "l'on ne peut pas se moquer impunément des religionsRegardez ce que cela donne" provoquant la polémique.
Selon l'Archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, "on ne peut pas se permettre de se moquer impunément des religions". Pour le prélat toulousain, la France en paie le prix fort. "Regardez ce que cela donne" a-dit-il déclaré sur l'antenne de France Bleu Occitanie, vendredi 30 octobre, faisant référence aux attentats de ces dernières semaines : celui de Notre-Dame-de-l’Assomption à Nice, le 29 octobre, ayant coûté la vie à trois personnes, et celui du collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) le 16 octobre où le professeur Samuel Paty a été tué par un islamiste de 18 ans pour avoir montré à ses élèves de 4e des caricatures du prophète Mahomet publiées par Charlie Hebdo.
 

 Les trois H de Monseigneur Le Gall

Au micro de France bleu Occitanie, Monseigneur Le Gall se déclare horrifié par ce qui se passe en France et insiste sur une lettre, le H :Lorsque la journaliste, lui demande si nous devons arrêter de diffuser les caricatures dans les écoles, Monseigneur Le Gall répond :

On en voit les conséquences, c'est une escalade de violence. On ne peut pas se permettre de se moquer impunément des religions. Regardez le résultat que cela donne.

Monseigneur Le Gall, Archevêque de Toulouse

L'Huile sur le feu

Monseigneur Le Gall insiste sur le fait qu'il ne faut pas céder à la violence et "qu'il faut ouvrir au maximum les églises ; plus que jamais, on a besoin d'espace de paix, de prière et de recueillement".

La religion est essentielle, c'est une dimension humaine. On met parfois de l'huile sur le feu avec ces caricatures qui sont contre les musulmans et contre la foi chrétienne aussi.

Monseigneur Le Gall, Archevêque de Toulouse

 

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes réagissent et s'indignent des propos de Monseigneur Le Gall.
 

"C'est proprement scandaleux" souligne Pierre Juston doctorant en Droit Public à Toulouse.

Alexis Lévrier, Maître de conférences à l'Université de Reims et spécialiste de l'histoire du journalisme, est indigné: "une nouvelle preuve qu'il n'y a guère de différence entre l'obscurantisme de l'islam politique et celui d'un certain catholicisme".


Ces déclarations font réagir ce vendredi soir le personnel politique local. La président de la région Occitanie, Carole Delga et l'actuel président du conseil départemental de la Haute-Garonne, Georges Méric, regrettent les propos de l'Archevêque de Toulouse.
 

 Appliquons la loi

Jean-François Mignard de la Ligue des Droits de l'Homme réagit : "la loi, telle qu'elle existe, donne toutes les garanties pour le respect des gens".

Appliquons la loi et ne faisons pas un traitement particulier aux religions. Cela serait formellement et juridiquement très douteux et politiquement et socialement très dangereux.

Jean-François Mignard, Ligue des Droits de l'Homme


Le président d'honneur de la Ligue des Droits de l'Homme est d'accord sur "l'escalade de la violence et aimerait un dialogue apaisé pour plus de sérénité".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
terrorisme faits divers religion société polémique