Déficit d'1,5 million d'euros, chantiers suspendus : "le challenge est immense" après la mise en examen d'un ancien maire pour corruption

Après la mise en examen pour corruption et le placement en détention provisoire de son prédécesseur, le maire de Saint-Jory a pris un certain nombre de mesures. Des chantiers immobiliers sont suspendus. Mais le plus urgent, c'est de redresser les comptes. ENTRETIEN

Élu en décembre 2023, Victor Denouvion entendait "tourner la page des affaires" qui ont poussé son prédécesseur à la démission. Depuis, Thierry Fourcassier a été une nouvelle fois mis en examen pour corruption et placé en détention provisoire. Quelles sont les conséquences pour la ville de Saint-Jory et notamment ses projets immobiliers au cœur du scandale ? Victor Denouvion nous a accordé un entretien pour faire le point.

"Une situation très critique"

À la question de savoir dans quel état d'esprit, il se trouve aujourd'hui, Victor Denouvion répond par un "je suis serein et concentré sur ma tâche de maire". Il faut dire que le premier édile de Saint-Jory a désormais beaucoup à faire. Élu en décembre 2023 avec 80% des suffrages, Victor Denouvion se retrouve à la tête d'une commune, qu'il qualifie lui-même, dans une situation critique.

On se retrouve dans la situation où, finalement, on doit assumer ce qui a été commis ces dix dernières années.

Victor Denouvion,

Maire de Saint-Jory

Suspecté d'avoir bénéficié de cadeaux de la part d'apporteurs d'affaires dans le cadre de projets immobiliers, l'ancien maire de Saint-Jory, Thierry Fourcassier, a été mis en examen pour corruption, blanchiment habituel et prise illégale d'intérêts. Il est en détention provisoire depuis le 1ᵉʳ février 2024.

"Le challenge est immense. Au-delà des logements et de la population qui a doublé, il y a un trou financier. On a plus de 1,5 million d'euros de déficit. Du coup, on n'a pas d'argent pour construire de nouveaux équipements publics", précise le maire de Saint-Jory.

La construction de 1800 logements suspendue

"En dix ans, 3500 nouveaux logements ont été autorisés", nous explique Victor Denouvion. "1800 ne sont pas encore sortis de terre". Ces permis de construire qui, potentiellement, ont pu faire l'objet de malversations. L'enquête dira ce qu'il en est. En attendant, "par mesure conservatoire, je demande à tous les promoteurs de n'engager aucuns travaux sur la commune de Saint-Jory", explique l'élu.

Je veux être clair, si des travaux démarrent et qu'on apprend derrière qu'il y a une malversation, la commune de Saint-Jory demandera démolition, quelles que soient les conséquences.

Victor Denouvion,

Maire de Saint-Jory

Saint-Jory, aujourd'hui, est loin d'être en manque de logements. Elle est de celles qui ont le plus construit, rappelle Victor Denouvion. "Une ville qui a des logements, c'est une ville qui évolue. Ça peut être une preuve de dynamisme. "On a beaucoup, beaucoup de logements, plus que ce qui était demandé." Aujourd'hui, ce qui manque pour accueillir de nouveaux habitants, ce sont les services. "Je donne juste un exemple. À la rentrée, je ne sais pas où on met les enfants. C'est-à-dire qu'on a des effectifs dans les écoles qui explosent."

Il faut prévoir les équipements publics avant d'autoriser autant de logements. Mais bon, on voit bien que Saint-Jory n'avait pas un mode de gestion normal.

Victor Denouvion,

Maire de Saint-Jory

Comment faire pour redresser la barre ?

Pour équilibrer les comptes, l'ancienne équipe municipale emmenée par Thierry Fourcassier a vendu le foncier qui accueillait le bureau de la Poste et l'hôtel de ville. Aujourd'hui, Saint-Jory accuse un déficit d'un million et demi d'euros. Alors, comment redresser la barre tout en annulant la vente de l'hôtel de ville ? Plusieurs leviers d'action sont possibles.

D'abord, solliciter des aides financières. "Je vais demander également à l'État de nous aider, de nous accompagner. On va aller chercher les fonds", nous déclare Victor Denouvion. Exemple : recourir au fonds exceptionnel de l'État pour communes en difficulté. 

Vendre des terrains ? Pas vraiment la peine d'y penser, "puisqu'il faut quand même qu'on puisse en conserver pour bâtir de nouveaux équipements publics." Autres solutions : augmenter les impôts et réduire les dépenses. Et sur ce terrain-là, la municipalité risque de ne pas vraiment avoir le choix.  Ces questions devraient être rapidement débattues, sachant que le prochain conseil municipal, prévu début mars, devra définir les orientations budgétaires.

Partie civile pour obtenir réparation

Dans ce dossier de poursuites à l'encontre de l'ancien maire, la commune de Saint-Jory s'est constituée partie civile. D'abord, pour avoir accès au dossier. Et puis, obtenir réparation si condamnation il y a, à hauteur de l'enrichissement établi.

Mais en attendant, un éventuel procès, Victor Denouvion tient à jouer la carte de l'apaisement. Le placement en détention de Thierry Fourcassier a pu être vécu comme un traumatisme pour certains dans la commune, un choc pour d'autres, voire une trahison. Et l'image des élus, d'une manière générale, a également pu en pâtir. Avec la mise en examen de Thierry Fourcassier, le discours de "tous pourris" est déjà revenu à l'oreille du maire de Saint-Jory et des communes voisines. "Ça ne fait pas de bien à la République, mais je ferai tout pour redresser ça", conclut Victor Denouvion dont la priorité est de rétablir la confiance avec les administrés.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité