Dieudonné à Toulouse : le maire Pierre Cohen appelle à la “vigilance”

Pierre Cohen avec François Hollande lors de l'hommage aux victimes de Merah / © AFP
Pierre Cohen avec François Hollande lors de l'hommage aux victimes de Merah / © AFP

Le maire de Toulouse a saisi le préfet pour "étudier sérieusement" le cas du spectacle de Dieudonné prévu au Zénith le 22 février. Pierre Cohen plaide pour "la situation particulière" de Toulouse alors qu'une enquête est ouverte sur la "quenelle" photographiée devant l'école juive où Merah a tué.

Par Fabrice Valery

Alors que la sureté départementale de la Haute-Garonne enquête depuis le 13 décembre sur cette photo d'une "quenelle" faite par un jeune homme devant le lycée-collège Ohr-Torah où Mohamed Merah a tué quatre personnes le 19 mars 2012, Pierre Cohen, le maire PS de Toulouse, a saisi ce lundi le préfet pour "étudier sérieusement" la tenue du spectacle de Dieudonné prévu au Zénith le 22 février prochain. 

A LIRE : ENQUETE SUR UNE "QUENELLE" DEVANT l'ECOLE JUIVE OU MERAH A TUE 4 PERSONNES 

Pierre Cohen, selon son service de communication, n'a pas formellement demandé l'interdiction du spectacle mais il appelle les services de l'Etat à la plus grande "vigilance", en raison de la "situation particulière" de Toulouse, frappée par les crimes racistes et antisémites de Mohamed Merah en mars 2012. De plus, ce spectacle est prévu à un mois du second anniversaire des tueries de Merah.

Selon Pierre Cohen, toutes les précautions doivent être prises pour ne pas troubler l'ordre public dans une ville "gravement touchée" par les crimes racistes de mars 2012 à l'école Ozar-Hatorah, rebaptisée depuis Orh-Torah. 

Dans un communiqué publié lundi soir, le préfet de la Haute-Garonne, Henri-Michel Comet, indique qu'il "fera procéder à un examen vigilant des conditions de tenue du spectacle de Dieudonné M'Bala M'Bala prévu à Toulouse, afin d'éviter tout risque de trouble ou atteinte aux lois de la République. Il prendra les dispositions qui s'imposeraient compte tenu de la situation locale et conformément aux orientations fixées par le ministre de l'intérieur selon lesquelles sont étudiées "toutes les voies juridiques permettant d'interdire des réunions publiques qui n'appartiennent plus à la dimension créative mais contribuent à chaque nouvelles représentations, à accroître les risques de troubles à l'ordre public".

De son côté, le député UMP et candidat à la mairie de Toulouse Jean-Luc Moudenc a apporté via Twitter son soutien au ministre de l'Intérieur Manuel Valls, indiquant s'opposer à ce que Dieudonné vienne "vomir sa haine" à Toulouse le 22 février prochain : 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus