DIRECT VIDEO : le Stade Toulousain remporte la finale de la Coupe d'Europe de rugby face à la Rochelle, 22 à 17

Le club champion d'Europe de rugby devait être français : Toulouse a battu La Rochelle sur la pelouse de Twickenham, 22-17. C'était la 1ère finale pour les Rochelais, c'est le 5ème titre pour les Toulousains, qui attendaient ce moment depuis 11 ans. Ils sont désormais seuls sur le toit de l'Europe.

Les Toulousains attendaient leur cinquième titre européen depuis 11 ans.
Les Toulousains attendaient leur cinquième titre européen depuis 11 ans. © FTV

L'expérience toulousaine des grands rendez-vous a fini par l'emporter sur la vaillance des Rochelais réduits à quatorze pendant 50 minutes. A l'issue d'un combat acharné de 80 minutes, le Stade Toulousain remporte sa cinquième coupe d'Europe ; le stade Toulousain apprend le haut-niveau à la dure.

La saison n'est pas finie pour le premier et le deuxième au classement du Top 14 : ils ont encore des ambitions en championnat de France.

Le Stade Toulousain champion d'Europe

Il reste quatre minutes dans le temps réglementaire : les Rochelais renvoient le jeu dans le camp haut-garonnais et enchaînent les temps de jeu.

Dans la lutte le pilier rouge et noir Clément Castets est contraint à son tour de sortir sur blessure : le ballon est toulousain pour les dernières secondes de la rencontre.

Après avoir tremblé jusqu'au bout sous la débauche d'énergie de La Rochelle, Antoine Dupont envoie le ballon dans les tribunes : le Stade Toulousain peut coudre une cinquième étoile sur son maillot !

L'essai de l'espoir pour La Rochelle

Pour continuer d'y croire les Rochelais optent pour une pénaltouche à 5 mètres de la ligne toulousaine. Les rouges et noirs résistent âprement au groupé-pénétrant mais ne peuvent empêcher le demi de mêlée néo-zélandais Kerr-Barlow d'aplatir l'essai de l'espoir pour les maritimes.

 

Hélas pour eux Ihaia west voit son coup de pied frapper le poteau pour la troisième fois : La Rochelle revient à 5 points de Toulouse, 22-17.

Le Stade prend le large

De 30 mètres Romain Ntamack rajoute 3 points sur une nouvelle pénalité : Toulouse prend le large et mène désormais de 10 points, 22 à 12.

Il reste moins d'un quart-d'heure à jouer mais l'intensité ne faiblit pas, ni d'un côté ni de l'autre. Un à un les remplaçants entrent en jeu et se mettent instantanément au diapason de leurs coéquipiers. Une attaque menée par Antoine Dupont sur l'aile gauche finit en touche ; puis sur une chandelle à l'aile droite c'est Kolbe qui commet un en-avant.

Des occasions non concrétisées mais qui montrent que l'occupation du camp adverse est désormais clairement toulousaine.

Enfin l'essai toulousain

Toutes ces minutes passées dans le camp de La Rochelle finissent par payer : on atteint l'heure de jeu quand le centre argentin Juan Cruz Mallia inscrit le premier essai de cette finale, jusqu'à présent totalement cadenassée. Ntamack poursuit son 100% au pied et bonifie la marque : 19 à 12 pour Toulouse.

Toulouse domine à son tour

Nouvelle séquence offensive toulousaine qui balaye le terrain de gauche à droite, mais une nouvelle fois Cheslin Kolbe est plaqué en touche à 2 mètres de la ligne.

Cette fois c'est au tour des avants toulousains, avec le renfort de leurs demis, de mettre la défense rochelaise au supplice sur une série de coups de boutoir à proximité de la ligne d'en-but adverse : il faut de longues minutes de visionnage à la vidéo pour finalement ne pas accorder l'essai au pack rouge et noir.

Toulouse sort enfin de son camp : Antoine Dupont sert Médard sur l'aile gauche et celui-ci lance Mathis lebel d'une passe au pied le long de la ligne de touche mais le ballon sort en faveur des jaunes et noirs, qui peuvent se dégager.

Chaque côté croit à l'essai

Une nouvelle perte de balle dans leurs 22 met les Toulousains sous la pression rochelaise : ils se rapprochent de la ligne d'en-but sur une série de "pick and go" mais perdent le ballon au moment d'aplatir. Toulouse a eu très chaud !

On croit à l'essai de Cheslin Kolbe mais l'arbitrage vidéo montre que le virtuose toulousain est plaqué en touche juste avant d'aplatir. Pressés dans leur camp les maritimes concèdent une pénalité que Romain Ntamack ne se prive pas de transformer : 12 partout à la 47ème minute.

Ce bras de fer entre le jeu à la main côté toulousain et la puissance du pack rochelais, on s'y attendait : les Stadistes se sont retrouvés contraints de faire preuve de leur vaillance en défense, et de concéder des pénalités mises à profit par leurs adversaires. La deuxième période semble démarrer sur le même scénario, même si un deuxième échec du buteur de La Rochelle permet à Toulouse de rester à courte distance.

Trois points de retard à la pause

Le dernier mot revient aux maritimes : une nouvelle pénalité transformée par Ihaia West permet à La Rochelle de rentrer aux vestiaires sur un avantage de 12 à 9. Cette avance semble logique, tant les jaunes et noirs ont maintenu un long moment les rouges et noirs dans leur camp.

Un placage illicite de Brice Dulin, qui prend Ntamack en l'air sur la réception d'une chandelle, suivi d'une nouvelle charge à l'épaule, incitent l'arbitre de la rencontre à sermonner les Rochelais. Toujours aussi précis, le métronome Roman Ntamack ramène son équipe à égalité au score sur la pénalité : 9 partout à deux minutes de la sirène.

Autre point positif : le retour parmi ses coéquipiers de Maxime Médard, autorisé à reprendre le jeu après avoir passé le "protocole commotion" avec succès.

West donne l'avantage

A quatorze contre quinze, La Rochelle enchaîne les coups de boutoir et Toulouse est contraint de faire de la résistance : l'enchaînement de pénalités et de mêlées aboutit à une exclusion d'Elstadt pour 10 minutes. Sur ce carton jaune du 3ème ligne toulousain, West en profite pour donner pour la première fois l'avantage à La Rochelle : 9-6. On joue depuis 33 minutes et les deux équipes vont terminer cette première mi-temps à quatorze.

Nouveau fait de jeu, cette fois au détriment des jaunes et noirs : un impact violent de l'épaule de Levani Botia contre la tête de Maxime Médard vaut un carton rouge au centre rochelais, pendant que l'ailier toulousain est contraint de quitter ses coéquipiers pour aller passer un "protocole commotion" dans les vestiaires.

La Rochelle égalise

Touche directe de l'ouvreur de Toulouse sur une sortie de mêlée : La Rochelle se retrouve en bonne position dans les 22 mètres et obtient une nouvelle pénalité ; cette fois west ne manque pas son tir pour permettre aux maritimes d'égaliser. 6-6 à l'approche de la demi-heure de jeu.

Le soleil fait son apparition, la pluie cesse mais la pelouse est toujours humide : le ballon est glissant aussi pour Maxime Médard sur une passe de Ntamack, un en-avant heureusement sans conséquence.

Toulouse résiste à la pression

Sur une pénalité de West qui rebondit sur le poteau, La Rochelle enchaîne les temps forts et les mêlées à 5 mètres de l'en-but rouge et noir : le pack haut-garonnais souffre mais ne rompt pas. Au bout du compte le trois-quart maritime Bothia laisse échapper un ballon rendu glissant par la pluie : les Toulousains vont pouvoir se dégager.

Assis aux terrasses de la place Saint-Pierre, les supporters toulousains ne boudent pas leur plaisir, même s'ils sont contraints de suivre la rencontre sur leurs smartphones, faute d'écrans de télévision (interdits par arrêté préfectoral).

Les terrasses de la place Saint-Pierre à Toulouse sont dépourvues d'écrans de télévision pour diffuser la finale.
Les terrasses de la place Saint-Pierre à Toulouse sont dépourvues d'écrans de télévision pour diffuser la finale. © Sophie Pointaire / FTV

Dixième minute : l'Australien Ritchie Arnold abandonne son frère jumeau Rory sur blessure ; Iosefa tekori le remplace en deuxième ligne pendant que Romain Ntamack concrétise sa deuxième tentative de pénalité : Toulouse reprend l'avantage 6-3.

Suite à une faute sur une touche rochelaise, le buteur jaune et noir Ihaia West ramène son équipe à égalité au score : 3-3.

Ntamack ouvre la marque

Première pénalité pour Romain Ntamack après à peine cinq minutes de jeu : d'une distance de 45 mètres le ballon passe entre les perches. Toulouse mène 3-0.

Romain Ntamack débute son 100% de réussite au pied.
Romain Ntamack débute son 100% de réussite au pied. © David Davies / MaxPPP

La première banderille est plantée par François Cros : le troisième ligne stadiste déborde le long de l'aile droite mais après une série de percussions le ballon est perdu et les Rochelais se dégagent au pied jusqu'aux 22 mètres toulousains.

Sous une pluie typiquement anglaise, mais qui devrait aller en s'atténuant au fil du match, c'est Romain Ntamack qui donne le coup-d'envoi.

L'avantage côté toulousain : 6 finales disputées en 15 ans et 4 titres remportés ; mais parmi les inconvénients, il y a quelques grands absents sur la feuille de match, au premier rang desquels l'habituel capitaine rouge et noir, le talonneur Julien Marchand, sous le coup d'une suspension.

Du coup c'est le demi de mêlée Antoine Dupont qui endosse la responsabilité de mener ses coéquipiers.

Le toit de l'Europe pour enjeu

Finale Franco-Française au stade de Twickenham à Londres (Angleterre) ce samedi 22 mai en fin d'après-midi : Toulouse affronte La Rochelle, le titre de la Coupe d'Europe de rugby en jeu.

L'enjeu est important pour les deux clubs. Le Stade Rochelais accède pour la première fois de son histoire à ce niveau de compétion européenne. Quant au Stade Toulousain, s'il l'emportait, il battrait le record du nombre de titres européens décrochés par un même club avec 5 étoiles sur son maillot. Cela annonce déjà la couleur. Chaque point aura son importance.

France 3 Occitanie vous propose de suivre la rencontre en direct sur son site internet. Rendez-vous ce samedi à 17h45.

DIRECT finale Champions Cup La Rochelle / Toulouse

Côté haut-garonnais, la mobilisation des supporters est à la hauteur de leur attente, onze ans après la dernière victoire rouge et noire : au moment du départ de leur équipe fétiche pour l'Angleterre, leur communion avec les joueurs a donné lieu à des images d'une rare intensité.

Autre preuve de l'engouement que suscite cette finale côté toulousain : à plus de 400 km d'altitude dans l'espace, le commandant de l'ISS (station spatiale internationale) le spationaute français Thomas Pesquet en personne, a enfilé le maillot de son club de coeur et empoigné un ballon ovale pour exprimer son soutien aux coéquipiers du capitaine Antoine Dupont.

Le spationaute toulousain Thomas Pesquet au soutien des rouges et noirs depuis l'espace.
Le spationaute toulousain Thomas Pesquet au soutien des rouges et noirs depuis l'espace. © Sandrine Navas / FTV

Rien n'est fait

Les six précédentes victoires en Top 14 des rouge et noir sur les jaune et noir donnent un léger avantage psychologique aux Toulousains. Par ailleurs ces derniers sont plus habitués aux rencontres à fort enjeu au niveau continental.

Mais cela peut aussi se révéler être un avantage pour les petits nouveaux de la compétition. Avec ce match, le Stade Rochelais joue aussi son entrée dans la cour des clubs qui comptent à l'échelle européenne.

Rien n'est donc écrit d'avance. Pour des raisons différentes, chaque équipe veut sa victoire, pour entrer dans l'Histoire du rugby.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stade toulousain rugby sport stade rochelais champions cup à l'antenne vos rendez-vous