Don du sang : les homosexuels interpellent le ministre de la santé, ils ne veulent plus être exclus

Le collectif homodonneur a occupé aujourd’hui les locaux de l’EFS, rue Lapeyrouse à Toulouse. Une action pour demander le rétablissement des tests post-transfusionnels au ministre de la santé, Olivier Véran, qui semble selon le collectif "faire la sourde oreille".
 

Action du collectif Homodonneur  à l'Etablissement français du Sang
Action du collectif Homodonneur à l'Etablissement français du Sang © Collectif homodonneur
Le collectif Homodonneur demande au ministre de la santé, Olivier Véran, le rétablissement des tests post-transfusionnel. Des tests systématiquement réalisés après chaque transfusion pour connaître notamment le risque d'une contamination au VIH. Le ministre a d’ailleurs été  interpellé fin juillet à ce sujet par le sénateur Yves Daudigny. Mais depuis "silence radio". Le collectif, par la voix de son représentant Frédéric Pecharman, explique que le ministère ne veut pas accepter une réalité, "depuis février 2002, il n’y a eu aucune contamination alors que le ministère donne d’autres chiffres, soit une contamination tous les deux ans, ce qui n’est pas la réalité".

On a l’impression d’être exclus et méprisés. La restauration de ces tests permettrait de protéger son partenaire sexuel régulier. Et puis cela permet de détecter aussi le VIH et de mettre en place rapidement un traitement.

Frédéric Pecharman, responsable collectif Homodonneur
 

Le Collectif Homodonneur occupe actuellement la nouvelle maison du don de Toulouse et réclame la réponse plus qu'urgente...

Publiée par Collectif Homodonneur sur Samedi 19 septembre 2020
 

"Nous sommes la réserve opérationnelle"

"Nous sommes la réserve opérationnelle que le ministère de la santé refuse de mobiliser", s'insurge Frédéric Pecharman. Les homosexuels et bisexuels masculins représentent 25 000 donneurs en France, selon le collectif. François Toujas, président de l'Etablissement du sang, a rappelé hier la situation très inquiétante, avec seulement 13 jours de stocks disponibles. "A raison de deux poches de sang par an, nous pourrions fournir au total 50 000 poches". 

Alignement avec les couples monogames

Le collectif dénonce une volonté du ministère de les écarter du système. Il souhaite bénéficier des mêmes conditions que les couples monogames. Dans tous les cas pour les couples homosexuels stables et responsables. "On veut rentrer dans la normalité et ne plus être exclus du système."

Actuellement le Collectif Homodonneur occupe de façon pacifique et non-violente la - nouvelle - maison du don de...

Publiée par Collectif Homodonneur sur Samedi 19 septembre 2020

  
 








 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société