Effondrement du pont de Mirepoix-sur-Tarn : quel est l'état des ponts en Occitanie ?

Le pont de Mirepoix-sur-Tarn (31) s'est effondré vers 8 heures, ce lundi matin faisant un mort et plusieurs blessés. / © ERIC CABANIS / AFP
Le pont de Mirepoix-sur-Tarn (31) s'est effondré vers 8 heures, ce lundi matin faisant un mort et plusieurs blessés. / © ERIC CABANIS / AFP

Après l’effondrement du pont suspendu de Mirepoix-sur-Tarn ce lundi matin, la question revient forcément dans l'actualité. Quel est l’état des ponts dans notre région ? Eléments de réponse. 
 

Par Laurence Boffet

Avant l'effondrement du pont suspendu de Mirepoix-sur-Tarn, qui a fait deux morts ce lundi, un autre accident avait mis la question de la sécurité des ponts au centre des débats : celui de Gênes en Italie. Le 14 août 2018, une portion d'un viaduc de l'autoroute A10 s'écroule, dans le nord de l'Italie. 43 personnes trouvent la mort. Dans les semaines qui suivent, la France lance une inspection de tous ses ponts.

Après inspection, les ouvrages sont classés en cinq catégories selon leur état :

  • Classe 1 : ouvrages en bon état apparent
  • Classe 2 : ouvrages ayant des défauts mineurs
  • Classe 2E : ouvrages de type 2 dont les risques d'évolution des désordres peuvent à court terme affecter la structure
  • Classe 3 : ouvrages dont la structure est altérée et nécessite des travaux de réparation, sans caractère d'urgence
  • Classe 3U : ouvrages dont la structure est gravement altérée et nécessite des travaux de réparation urgents liés à l'insuffisance de capacité portante de l'ouvrage ou à la rapidité des désordres.


Une liste des ouvrages français à traiter en priorité

Le 26 septembre 2018, le ministère des transports établit une liste des ouvrages qui nécessitent des travaux en priorité.
23 ponts dangereux, dont l'Etat à la charge, sont alors identifiés. On en compte 4 en Occitanie :
  • Le Viaduc de l’Arrêt-Darré sur l’A64 dans les Hautes-Pyrénées.
  • Le Viaduc du Gardon dans le Gard.
  • Le Viaduc des Pox dans les Pyrénées-Orientales.
  • Le Viaduc de Calcine dans les Pyrénées-Orientales.


Un rapport sénatorial accablant

Une mission d'information sénatoriale a également été constituée sur la sécurité des ponts français. Elle a rendu son rapport en août dernier et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il n'est pas rassurant. Selon les sénateurs, "au moins 25 000 ponts sont en mauvais état structurel et posent des problèmes de sécurité et de disponibilité pour les usagers (7 % des ponts de l’État, 8,5 % des ponts des départements, et probablement 18 à 20 % des ponts des communes et de leurs groupements)". Ils réclament alors un "plan Marshall" pour enrayer la "dégradation continue" des 200 à 250 000 ponts que compte le territoire français.


8,5% des ponts départementaux français sont en mauvais état

Dans leur étude, les sénateurs se basent sur les données établies par l’Observatoire national de la route. Elles indiquent que 64 % des ponts départementaux sont considérés comme étant en bon état, 27,5 %  nécessitent des travaux d’entretien spécialisés, 6,5 % des travaux de réparation et 2 % sont gravement altérés. Au total, soulignent-ils "8,5 % des ponts des départements sont donc en mauvais état structurel, soit environ 8 500 ponts". 
Le pont de Mirepoix-sur-Tarn qui s'est effondré ce lundi, ne faisait pas l'objet d'un suivi particulier, selon son maître d'ouvrage, le conseil départemental de la Haute-Garonne. La collectivité indiquait ce lundi après l'accident que l'ouvrage ne présentait "pas d'anomalie" et "pas de problème de structure" et qu'il faisait l'objet d'inspections régulières, comme les 1840 autres ponts de la Haute-Garonne.
 

La situation est pire pour les ponts communaux

Dans leur rapport, les sénateurs faisaient également part de leurs "fortes craintes sur l’état des ponts des communes et intercommunalités" sur l'état desquels il n'existe pas de données consolidées actualisées au niveau national comme il en existe pour les ponts gérés par l'Etat et, depuis 2017, pour une partie des départements. Les dernières données disponibles consolidées datent de 2008. Sur les 17 600 ponts analysés, 16 % étaient alors en mauvais état (classés 3 et 3U), soit le double de ceux de l'Etat à la même époque, 20 % nécessitaient des réparations et 64 % étaient en bon état. 

Selon les sénateurs, "18 à 20 % des ponts des petites communes (soit plus de 16 000 ponts) présenteraient donc aujourd’hui une structure altérée ou gravement altérée".
 

Un accident qui met en lumière l'état des ponts en France

"Sécurité des ponts : éviter un drame", c'est le titre du rapport sénatorial rendu cet été. "Lorsqu'on a titré notre rapport, on était dans le vrai", a déploré ce lundi Hervé Maurey, le président de la mission sénatoriale, "et malheureusement ce qui s'est passé illustre bien ce qu'on disait dans ce rapport, à savoir qu'il y avait une vraie dangerosité sur l'état de nos ponts". 
Le co-rapporteur Michel Dagbert (PS) a fait part de son "effroi". "Ce qui fait froid dans le dos, c'est que ça vient confirmer ce qu'on avait pu connaître de par les auditions, les contributions."

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus