En Haute-Garonne, la production de tuiles à flux tendu fragilise le marché de la construction

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvain Duchampt et Louis Perin

En Haute-Garonne, des chantiers connaissent des difficultés à s'approvisionner en tuiles et en briques. Cette tension sur les stocks est la conséquence de la reprise de l'activité économique mondiale. Elle s'accompagne également d'une flambée des prix.

C'est la tuile sur les chantiers de construction ! Ou pour être plus précis, il y a pénurie de tuiles de Haute-Garonne. Depuis le début de l’année, elles viennent de plus en plus à manquer.  Et pourtant…  Dans cette usine de l'entreprise Edilians à Seilh, près de Toulouse (Haute-Garonne), les fourneaux tournent à plein régime.  

" Depuis le début de l’année, nous avons augmenté notre production pour répondre au mieux aux besoins des clients, explique  Élodie Albert, directrice d'exploitation Edilians.  Aujourd’hui tout ce que l’on produit, on le livre."

Explosion des prix

La cadence ne suffit pas à satisfaire la demande. Cette dernière ne cesse de s'accroitre après deux ans de crise sanitaire et de confinements. L'effet mécanique est automatique sur  les prix : + 20 % en 2022.  La flambée s'explique aussi par la hausse du  gaz, utilisé pour les fours. Les producteurs sont contraints de réguler leurs ventes. Élodie Albert a établi des règles strictes : " Sur la base de leur dernière consommation, nous avons appliqué des quotas par client, afin de ne mettre personne à l’écart. Tout le stock est réservé par les clients. Si au bout d’un certain temps, ils ne viennent pas le chercher.  On le réaffecte." 

Les chantiers en difficulté

À l'autre bout de la chaine, les entrepreneurs font grise mine.  Les contrats de leurs chantiers ont été négociés avant cette hausse des prix.

" Nous essayons de faire des prix au plus juste, déplore Philippe  Bégué, entrepreneur.   Mais le problème est que nous n'avons pas de vision dans les 6 mois.  Nous faisons donc avec les prix de maintenant. Notre chantier actuel doit se terminer dans 7 mois.  Si cela continue à augmenter, nous aurons perdu de l’argent."

La crainte d’une pénurie totale est pour le moment écartée. Les matières premières nécessaires à la fabrication des tuiles comme l’argile, l’eau et le sable restent abondantes dans la région.