Une épicerie multiservices tenue par une famille fait battre à nouveau le cœur de Caignac, petit village du Lauragais

Une famille à la tête d'une épicerie au cœur du village de Caignac dans le Lauragais / © C.Carrière
Une famille à la tête d'une épicerie au cœur du village de Caignac dans le Lauragais / © C.Carrière

Installée sur la place du village de Caignac, la nouvelle épicerie multiservices, fait le bonheur de ses 400 habitants. A sa tête, une famille venue de Tourcoing. Des Chtis ! Virginie, Laurent, Clément et Lucas ont créé un véritable lieu de vie, un petit cocon intergénérationnel. Indispensable.  

Par Corinne Carrière

A Caignac, on ne trouve pas un commerce à moins de 10 kilomètres à la ronde. Aussi l’ouverture de la "source" était essentielle à la vie du village.
Boulangerie, point relais, presse, bistrot, restaurant, alimentation, et bientôt le Loto !
Ce commerce de proximité est bien plus qu’une épicerie. C’est avant tout une histoire de famille, celle de Virginie et Laurent. Ils ont tout quitté pour ouvrir cette épicerie multiservices, riche de sens. Les relations humaines sont au cœur de leur projet.
Ils ont ouvert ce commerce en septembre dernier et ne regrettent rien ! Le local leur est prêté par la Mairie, ils sont accompagnés par le dispositif CREADE du département de la Haute Garonne et ont pu bénéficier de subventions des collectivités pour mener à bien leur projet.

Le premier client est sur le pas de porte dès 6 heures du matin pour boire le café avec Laurent et refaire le monde. Le pain chaud et les petits gâteaux  de Clément embaument l’épicerie, Lucas, le plus jeune de la famille  est au service, les enfants de l’école primaire dégustent les brioches encore toutes chaudes et la patronne, Virginie est en cuisine !
 

"Ici, c’est sincère, ça parle vrai"

Virginie a 50 ans, ses proches l’appellent la Patronne. C’est elle qui porte le projet et qui a embraqué toute sa famille dans cette aventure.

Ici, je connais tout le monde, il y a toujours quelqu’un pour nous donner un coup de main. Il y a les colis, le pain d’un vrai boulanger, des goûters pour les enfants, un restaurant pour les amateurs de cuisine familiale, pot au feu, cannette à l’orange, cassoulet… La maison du bonheur !

Virginie Fournié dans son épicerie à Caignac / © C.Carrière
Virginie Fournié dans son épicerie à Caignac / © C.Carrière

Elle est heureuse de nous confier qu’ici à la campagne, à 900 kilomètres de Tourcoing, elle revit, loin de cette ville bruyante et stressante. Ce projet d’épicerie multiservices elle y pensait depuis plusieurs années avec son mari Laurent.
Il y a un an, ils ont quitté leur emploi dans le service à la personne. Après avoir défini le concept de l’épicerie multiservices et effectué les formations diplômantes nécessaires à l’ouverture de ce type de commerce, ils ont cherché dans toute la France un village susceptible d’accueillir leur projet. Avec le maire de Caignac, le courant est passé tout de suite et l’épicerie a vu le jour six mois après leur premier entretien.

On ne fait pas de business comme dans les grands magasins, on respecte les gens, ce qui compte c’est la qualité des échanges, on rentre parfois dans l’intimité des gens, on donne de la vie au village.


Les enfants dans l'aventure

Deux de leurs enfants, Clément et Lucas font partie de l’aventure. Clément est boulanger, Lucas en formation CAP dans la restauration. Chaque membre a mis la main à la poche, un principe dans cette famille. 
Clément et Lucas dans l'épicerie de Caignac / © C.Carrière
Clément et Lucas dans l'épicerie de Caignac / © C.Carrière

" Quand vous venez à la source on braie deux fois, parole de Chti"

Laurent ne regrette rien non plus. Il est fier de proposer tous les services indispensables aux habitants de Caignac, isolés des grandes villes.
Laurent Fournié dans son épicerie à Caignac / © C.Carrière
Laurent Fournié dans son épicerie à Caignac / © C.Carrière

Notre projet est tout simple : redynamiser le village, créer du lien social. On reçoit 150 colis par jour. Vous vous rendez compte ! Tous les habitants des villages voisins viennent chercher leurs colis chez nous.

Laurent Fournié met un point d’honneur à travailler en circuit court.

"On est entouré d’agriculteurs, raison de plus pour distribuer leurs produits. Farine, canards, légumes... Que des produits locaux de qualité. Nous ne prenons que 20 % sur les ventes de leurs produits, c’est un principe".

Laurent reconnaît travailler beaucoup, 17 heures par jour mais ne tarit pas d’idées et d’initiatives pour faire vivre son épicerie et le village. Il organise des thés dansants le dimanche, des spectacles pour enfants et des concerts.
C’est lui qui avait coordonné le concours de la plus grande guirlande de chaussettes. Un évènement dont on parle encore dans le village et qui a rapproché les générations.
 

"Avant j’étais l’apprenti invisible, aujourd’hui je travaille seul et tout le monde me respecte".

Clément le boulanger de l'épicerie de Caignac / © C.Carrière
Clément le boulanger de l'épicerie de Caignac / © C.Carrière

Clément travaillait pour une grande boulangerie industrielle à Tourcoing. Il a quelquefois le mal du pays mais ne regrette pas son choix.

"Ici, j’apprends tous les jours de mes erreurs, je travaille avec de la farine bio du Lauragais, des supers produits. Je ne resterai pas ici à vie, j’ai besoin de voyager mais c’est une super expérience à vivre en famille".

Clément est le seul de l'épicerie à percevoir un salaire, l’équivalent du SMIC. Lucas son plus jeune frère qui a mis ses économies dans l’affaire familiale a bien l’intention de reprendre les rênes plus tard. Un "patrimoine" cher à son cœur.
 
Lucas dans l'épicerie de Caignac / © C.Carrière
Lucas dans l'épicerie de Caignac / © C.Carrière
 

"Ça peut inciter  les couples avec enfants à s’installer et cela contribue à préserver l’école du village."

Delphine Flamant est directrice du Centre de loisirs après l'école (CLAE) du village et fait régulièrement ses courses à l’épicerie.

Epicerie Caignac / © C.Carrière
Epicerie Caignac / © C.Carrière
 
Elle apprécie l’esprit des lieux, la convivialité, l’échange et la bienveillance des commerçants.

"Et puis on est loin de tout ici, ça permet de ne pas utiliser à outrance son véhicule!"
 

"C’est vital d’avoir ce type de commerce dans un village"

Baptiste Marquié a plusieurs casquettes. Adjoint au maire il est aussi agriculteur et président des Jeunes Agriculteurs (JA) dans la vallée.

Baptiste Marquié à l'épicerie de Caignac / © C.Carrière
Baptiste Marquié à l'épicerie de Caignac / © C.Carrière

"La mairie met à disposition ce local de 150 m2" explique-t-il. "C’est bien normal, il faut qu’ils se lancent et arrivent à vivre de leur travail. Je donne un coup de main dès que je peux, je ferais tout ce qui est dans mon pouvoir pour aider cette famille à faire vivre ce lieu comme ils le font."

Céréalier en bio, il apprécie que soient commercialisés des produits locaux de qualité, le savoir-faire des gens du terroir.
 

Le Noël des enfants à l'épicerie de Caignac / © C.Carrière
Le Noël des enfants à l'épicerie de Caignac / © C.Carrière


Un projet viable à long terme

Le projet de l'épicerie multiservices est évalué à 100 000 euros. Le couple a financé la moitié du projet et emprunté 20% de la somme. Il a perçu des subventions de collectivités et pu bénéficier d’un accompagnement spécifique.
Le dispositif CréADE 3 est mis en place par le Département de la Haute-Garonne. Il permet aux demandeurs d’emplois qui créent leur activité professionnelle de bénéficier d’une expertise et d’un suivi tout en profitant un prêt d’honneur à 0%.
 

L'épicerie multiservices de CAIGNAC / © C.Carrière
L'épicerie multiservices de CAIGNAC / © C.Carrière

Un prêt et l'aide d'un coach bénévole

Virginie et Laurent Fournié ont bénéficié d'un prêt d’honneur de 6000 euros et sont suivis par un expert, un coach bénévole, Marc Trubert.
Directeur de développement pour le fond de tourisme en Occitanie, Marc Trubert a tout de suite été séduit par le projet de Virginie et Laurent.
Conscient de la désertification en milieu rural, il trouve le projet "génial et viable".

"On fait le point régulièrement, une à deux fois par mois. Il faut faire rêver son client tout en surveillant son tiroir-caisse. Ils ont un projet qui tient la route mais il faut être vigilant. Le prêt d’honneur est un sérieux coup de pouce d’autant qu’il a permis au couple de bénéficier plus facilement d'un prêt bancaire. Le dispositif est une garantie pour les banques."






 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus