• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

VIDEO - Une famille boa constrictor vit-elle en liberté dans des jardins de Toulouse ?

L'impressionnante mue trouvée dans ce jardin de particulier à Toulouse mesure 2,40 mètres / © E. Wat / France 3
L'impressionnante mue trouvée dans ce jardin de particulier à Toulouse mesure 2,40 mètres / © E. Wat / France 3

Plusieurs habitants ont découvert ces derniers jours des mues de serpents identifiées par un spécialiste comme celles de boas constricteurs. Mais les reptiles n'ont pas été retrouvés. Où sont-ils passés ? 

Par Fabrice Valery

Des habitants du quartier Saint-Agne à Toulouse vivent depuis quelques jours dans l'angoisse. Tout a commencé il y a une dizaine de jours, lorsqu'une riveraine a découvert une immense mue de serpent, d'une grande largeur et d'une longueur de 2,40 mètres.
Une partie de la mue retrouvée dans un jardin / © EB
Une partie de la mue retrouvée dans un jardin / © EB
 

Formellement identifié

"J'ai appelé les pompiers mais ils n'ont pas pu venir parce que l'animal n'était pas visible, explique cette Toulousaine. Je suis alors rentrée en contact avec un spécialiste, un herpétologue, par l'intermédiaire d'une association de protection de la nature. Il a formellement identifié la peau d'un boa constrictor".
Les mues mesurent jusqu'à 2m40 / © EB
Les mues mesurent jusqu'à 2m40 / © EB
Le spécialiste a précisé que le serpent de grande taille ne devait pas être bien loin car la mue demande au reptile un gros effort, ce qui le fatigue et dans les jours qui suivent c'est repos obligatoire.  
L'image d'une des mues découvertes
 

Deux autres mues retrouvées chez un voisin

Les habitants de ce quartier vivent donc depuis dans l'angoisse de tomber nez à nez avec un serpent de plus de deux mètres. D'autant que quelques jours plus tard, samedi 1er septembre, un voisin a découvert deux autres mues dans son jardin, une autre de 2,40 mètres et une plus petite ! Il y aurait donc une famille de boas dans le quartier !
 

Pas de signalement de disparition

Selon le spécialiste, les jardins concernés, luxuriants, à proximité de la voie ferrée, sont idéaux pour servir de biotopes à ces serpents. Mais d'où peuvent venir ces serpents exotiques ? Le problème c'est que personne n'a signalé la disparition de boas à Toulouse. Parfois, des animaux s'échappent de leur vivarium. Là, aucun signalement, aucune alerte. Et les boas restent introuvables.
Alors y a-t-il une famille boa dans ces jardins toulousains ou bien ces riverains sont-ils victimes d'une (mauvaise) blague, un collectionneur s'étant débarrassé chez eux de mues de boas ?
Le mystère reste entier et les riverains avouent que depuis quelques jours, ils ont du mal à dormir sur leurs deux oreilles. 

Un monstre de la nature

Le boa constricteur est originaire d'Amérique. Il mesure, adulte, entre 1,5 m et 3,5, certains spécimens pouvant atteindre les 4 mètres pour un poids autour de 10-15 kilos, parfois 30. Il peut vivre plusieurs dizaines d'années et chaque portée peut donner naissance à 10 à 60 bébés.
Contrairement à ce que l'on croit habituellement, le boa constrictor n'étouffe pas sa proie. En la serrant avec ses replis, il provoque un arrêt circulatoire et empêche le sang d'irriguer les organes vitaux. 

Sur le même sujet

le MHB enfin victorieux en ligue des champions

Les + Lus