Haute-Garonne : ils avaient causé la mort de son mari, elle leur pardonne à l'audience

Deux cambrioleurs en fuite avaient percuté et tué le conducteur d'un scooter il y a un an avec une voiture volée à Auzeville-Tolosane près de Toulouse. Lors de leur procès, la femme de la victime, en larmes, a beaucoup ému l'assemblée par ses paroles de paix et son pardon. 
Les deux hommes ont été condamnés à plusieurs années de prison ferme avec du sursis.
Les deux hommes ont été condamnés à plusieurs années de prison ferme avec du sursis. © AFP
Deux hommes de 21 et 22 ans ont été jugés pour avoir percuté et tué le conducteur d'un scooter, un père de famille de 58 ans, avec une voiture volée à Auzeville-Tolosane, près de Toulouse. Ils avaient été surpris lors d'un cambriolage et fuyaient la police. 

Le conducteur n'avait pas son permis. Il venait de s'emparer avec violence d'une voiture en en extirpant une mère de famille et sa fille de 8 ans. Le chauffard et son complice avaient mis fin à la course poursuite engagée avec la police au métro La Roseraie, en abandonnant le véhicule et en empruntant le métro. Ils s'étaient rendus quelques heures après.

"C'est grâce à elle, grâce à sa dignité"


Le procès a été marqué par l'attitude de la famille de la victime et notamment de sa veuve. "Les prévenus ont manifesté des regrets de façon sincère et spontanée, mais ils ne pouvaient tout simplement pas être dans un déni face à cette femme, explique Me Pierre Le Bonjour, avocat du passager du véhicule. C'est grâce à elle, grâce à sa dignité. Elle leur a dit qu'elle leur pardonnait en son nom et au nom de ses enfants qui étaient là. Pour elle, si ces faits dramatiques pouvaient donner aux prévenus plus de maturité, au moins, son mari ne serait pas mort pour rien".

Le conducteur comparaissait pour homicide involontaire et le passager pour non assistance à personne en danger.  Le parquet a requis 10 ans d’emprisonnement. Le conducteur a finalement été condamné à 7 ans, dont 2 avec sursis. Représenté par Me Pierre Le Bonjour, son passager a écopé, lui, de 4 ans de prison, dont un an avec sursis, alors que cinq années étaient réclamées par le parquet. Celui-ci fait appel de cette décision. Les deux hommes seront rejugés d'ici quelques mois.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société accident faits divers