Ce que l'on sait sur l'effondrement du pont suspendu de Mirepoix-sur-Tarn qui a fait deux morts

Le pont suspendu de Mirepoix s'est effondré sous le poids d'un camion / © E. Cabanis / AFP
Le pont suspendu de Mirepoix s'est effondré sous le poids d'un camion / © E. Cabanis / AFP

A 8 heures lundi matin, un pont suspendu s'est effondré à Mirepoix-sur-Tarn, une commune du Nord-Est de Toulouse. Un camion et une voiture circulaient sur ce pont. Le bilan provisoire fait état de deux morts (une adolescente de 15 ans et le chauffeur du camion) et de 6 blessés.
 

Par Nathalie Fournis

Même si on ne connaît pas encore les circonstances précises de l'effondrement du pont de Mirepoix-sur-Tarn à 8 heures ce lundi, il est fort probable qu'un camion de 38 tonnes soit à l'origine de la chute du pont, prévu pour supporter une charge maximum de 19 tonnes.

Dans l'après-midi des investigations étaient opérées pour déterminer le poids de l'engin de chantier transporté par ce camion.
Le gouvernement a demandé une enquête au Bureau d'enquêtes sur les Accidents de Transport Terrestre (BEA - TT).
 

Au milieu de l'après-midi, les recherches dans la rivière étaient toujours en cours, à 20 mètres de profondeur. 

Ce pont de 152 mètres de long enjambe le Tarn à Mirepoix-sur-Tarn, à la frontière de la Haute-Garonne et du Tarn. 

Bilan provisoire : deux morts, 6 blessés

Etienne Guyot, préfet de Haute-Garonne, déclarait dans la matinée :

Trois véhicules étaient sur le pont, un camion, une voiture dans laquelle se trouvait une jeune fille de 15 ans décédée et un utilitaire emporté par le courant. Il y a probablement plusieurs disparus, potentiellement le chauffeur du camion et peut-être celui d'un éventuel troisième véhicule.

Dominique Alzéari le procureur de Toulouse, recensait alors une victime de 15 ans dont le corps a été repêché.

Sa mère était dans le véhicule et a pu être sauvée, notamment par des témoins qui n'ont pas hésité à se jeter dans l'eau glacée du Tarn.

Neuf personnes sont tombées à l'eau dont le chauffeur du poids lourd, recherché en fin de journée par les pompiers-plongeurs.
Une opération rendue difficile par les courants particulièrement forts de la rivière Tarn après une période de crue.

Mais dans l'après-midi, Laurent Nunez, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, qui s'est rendu sur place, a indiqué que seul le chauffeur du camion était encore recherché et qu'aucun autre véhicule n'était porté disparu. 

En fin d'après-midi, le maire de la commune a confirmé que le corps du chauffeur du camion avait été retrouvé.

Depuis ce matin, des plongeurs sondaient la rivière Tarn à la recherche des victimes. 

Les images d'Olivier Denoun /FTV :
Haute-Garonne : un pont suspendu s'effondre à Mirepoix-sur-Tarn : un mort et plusieurs disparus

"On est K.O"

Eric Oget est le maire de Mirepoix-sur-Tarn. Ce lundi matin, il a été prévenu de l'accident par un employé municipal. Il est arrivé sur place 10 minutes après l'accident.

L'ensemble des habitants du village est touché. Parmi les victimes, deux habitent Mirepoix.

On est K.O. Une cellule psychologique est là pour aider ces pauvres gens qui ont perdu des proches. C'est une catastrophe.

En début d'après-midi, Eric Oget répondait aux questions des journalistes. Voici l'intégralité de la conférence de presse :
 

 

Les moyens sur place

De nombreuses équipes de secours et d'assistance ont été déployées.
67 sapeurs pompiers du Sdis 31 et des renforts du Service Départemental d'Incendie et de Secours 81, 40 gendarmes sont venus en renfort, deux équipes de plongeurs et deux équipes avec des bateaux zodiac sur la rivière Tarn.

Une équipe médicale du SAMU 31 a été dépêchée par le CHU sur place avec un hélicoptère.

Une cellule de crise est mise en place.

La RD71 est coupée entre Mirepoix-sur-Tarn et Bessières et le restera encore pendant de long mois.
Une déviation a été mise en place par le Conseil départemental par La Magdelaine-sur-Tarn (31). 

Une chute de 19 mètres

Une vingtaine de mètres de la structure métallique du tablier se sont écroulés.

Du pont presque centenaire, il ne reste qu'un enchevêtrement d'acier, des haubans suspendus dans le vide et un tablier à moitié englouti dans la rivière.
 
Le tablier du pont s'est effondré sur une vingtaine de mètres / © Bruno Frediani / FTV
Le tablier du pont s'est effondré sur une vingtaine de mètres / © Bruno Frediani / FTV

 

Pour faciliter l'accès aux secours, il est demandé aux automobilistes d'éviter absolument le secteur de Mirepoix-sur-Tarn. 

Un poids autorisé de 19 tonnes

Le pont suspendu de Mirepoix-sur-Tarn est un ouvrage construit en 1935 après la crue de 1930. Le poids maximun autorisé à la circulation est de 19 tonnes.

Il est sous maîtrise d'ouvrage du département de la Haute-Garonne qui assure ce matin, que celui-ci était régulièrement inspecté et qu'il ne présentait pas d'anomalie ni de problème de structure.

Selon des riverains l’inspection du pont était superficielle. Des poids-lourds l’empruntaient alors que la charge est limitée à 19 tonnes.

Eric Oget, le maire de Mirepoix, lors de la conférence de presse en début d'après-midi, déclarait avoir fait des signalements à la gendarmerie avec les numéros de plaques d'immatriculation des poids lourds contrevenant à la règle.

J'ai une police municipale qui a relevé quelques anomalies du fait de gens qui circulent avec des camions de chantier... Qu'ils fassent 19 ou 20 tonnes, c'est parfois compliqué à déterminer...


Voici la photo aérienne du pont de Mirepoix-sur-Tarn avant qu'il ne s'effondre.
Le pont de Mirepoix avant son effondrement / © Google street view
Le pont de Mirepoix avant son effondrement / © Google street view
 

Les élus font part de leur soutien

Carole Delga, Présidente de Région Occitanie

J’adresse mes condoléances à la famille et aux proches de cette jeune personne décédée. Mes pensées vont aussi ce matin aux victimes et aux forces de sécurité et de secours mobilisées pour elles.

Georges Méric, Président du Conseil Départemental Haute-Garonne

J'adresse toutes mes pensées aux victimes de l'effondrement du pont de Mirepoix sur Tarn qui a eu lieu ce lundi matin à 8h. Les services du Conseil départemental ainsi que les pompiers du SDIS 31 sont pleinement mobilisés pour porter secours aux victimes.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus