L'ingénieur de Thales abattu par un tueur à gage en Colombie habitait au nord est de Toulouse

L'ingénieur toulousain de Thalès, Philippe Cavaillés, a été abattu en pleine rue de Bogota, le 2 décembre 019. / © HO / NOTICIAS RCN / AFP
L'ingénieur toulousain de Thalès, Philippe Cavaillés, a été abattu en pleine rue de Bogota, le 2 décembre 019. / © HO / NOTICIAS RCN / AFP

Un ingénieur français du groupe Thales a été abattu le 2 décembre en pleine rue dans un quartier huppé de Bogota par un "tueur à gages". La victime âgée de 45 ans résidait sur la commune de Lapeyrouse-Fossat (Haute-Garonne) au nord-est de Toulouse.

Par Sylvain Duchampt avec AFP

Philippe Cavaillès habitait le petit village de Lapeyrouse-Fossat (Haute-Garonne), au nord-est de Toulouse, mais c'est à Bogota, en Colombie, que l'ingénieur du Groupe Thalès a trouvé la mort, lundi 2 décembre 2019.

Selon les premiers éléments de l'enquête locale, le toulousain âgé de 45 ans a été assassiné en pleine rue par un "tueur à gages". 
 

Au mauvais endroit, au mauvais moment ?

L'assassinat a eu lieu vers 22h15, à quelques pas de l'ambassade de France en colombie. Selon les témoignages sur place, le tueur "est arrivé par derrière", visant "uniquement" le français, avant de s'enfuir. "Nous écartons l'hypothèse d'un vol, a précisé à la presse un responsable de la police locale. Mais de nouvelles informations pourraient laisser penser à un "assassinat à l'aveugle" selon Laurent Trombini, coordinateur CGT au sein du groupe Thales : 

Selon les derniers éléments qui nous parviennent, Philippe Cavaillès n'était pas particulièrement ciblé. Cela pourrait être l'acte d'un individu souhaitant intégrer un cartel. Il aurait subi comme rituel de passage l'objectif d'abattre un homme au hasard. Notre collègue était semble-t-il au mauvais endroit, au mauvais moment.

Pas de mission secrète

Selon l'ambassade, l'ingénieur français était "en mission" à Bogota pour le groupe de technologie et de défense français mais ne participait pas au salon Expodefensa actuellement dans la capitale colombienne et consacré à la défense et à la sécurité.

Afin de couper court aux rumeurs et hypothèses d'espionnage nées ces dernières heures pour tenter d'expliquer cett mort brutale, Laurent Trombini précise : "Nous sommes toujours très vigilant sur la sécurité de nos collègues. La Colombie n'est pas une zone particulièrement dangereuse. Il était dans ses fonctions classiques d'ingénieur. Il n'avait pas de mission secrète ou cachée" . 
  

Une femme et trois enfants

Selon nos informations, Philippe Cavaillès travaillait à Toulouse pour Thalès Avionics, filiale du groupe Thales, spécialisée dans la fabrication d'équipements d'aide à la navigation et s'était installé depuis 7 ans avec sa femme et ses trois filles sur la commune de Lapeyrouse-Fossat (Haute-Garonne).

" C’est une famille très intégrée, explique le maire du village Alain Guilleminot. Il était notamment très actif dans le milieu sportif et notamment au sein de l’association l’Esprit du jeu.  Nous sommes tous sous le choc. »

Pour le moment peu de proches souhaitent témoigner préférant rester auprès de l'épouse de Philippe Cavaillès.
 
De son côté, le groupe Thales a fait part de son "immense et profonde tristesse". L'industriel précise qu'une équipe "a été dépêchée sur place et est en contact permanent avec les autorités locales compétentes et le corps diplomatique

Philippe Cavaillés devait rentrer mercredi 4 décembre à Toulouse.

Trois filliales du Groupes Thalès sont implantées à Toulouse (Thalès Avs, Thalès Alenia Space et Thalès Las) représentant au total 4411 emplois (chiffres fin 2018), soit le 2e employeur privé de la ville rose. 
Thalès AVS fait partie de la division aéronautique du Groupe et s'occupe de la fabrication d'équipements d'aide à la navigation. Elle compte 850 salariés.
Thalès Alenia Space, anciennement Alcatel Alenia Space, regroupe Thalès et l'entreprise italienne Leonardo. Ses 2600 salariés travaillent à de nombreux programmes du domaine astronautique et un du domaine aéronautique, comme par exemple les satellites de télécommunications. 
Enfin, Thalès LAS (Land and Air Systems) est né le 1er janvier 2018 de la fusion de six entités du groupe (Thales Air Systems SAS, TDA Armements SAS, Thales Air Operations SAS, Thales Angénieux SAS, Thales Cryogénie SAS et Thales Optronique SAS) afin de créer un leader dans le domaine de l'armement. 

Sur le même sujet

Les + Lus