"Je m’inquiète pour l’école de mes enfants" une association de parents d'élèves appelle à voter contre le RN

Plus sur le thème :

Dans un communiqué de presse du 24 juin 2024, la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves de la Haute-Garonne, la FCPE 31, appelle tous les parents à se mobiliser les 30 juin et 7 juillet prochains en votant contre le Rassemblement National et les droites libérales. Vivement inquiète, l’organisation de parents d’élèves, dénonce le programme de l’extrême droite.

"Que va devenir l’école de nos enfants avec Bardella au pouvoir?",  S’alarme Eric Pinot, président de la FCPE de la Haute-Garonne. Dans un communiqué de presse la fédération appelle tous les parents à se mobiliser les 30 juin et 7 juillet, invités à refuser "le projet sociétal par l’extrême droite et les droites libérales. La France mérite mieux pour ses enfants. Un autre chemin est possible!".

"Les parents ont le droit d’être en colère mais ils doivent réfléchir sérieusement aux conséquences de leurs actes. Les classes populaires n’ont vraiment pas intérêt à ce que ces gens-là tiennent l’école", rappelle avec gravité Eric Pinot.

L'extrême droite "un danger pour l'Ecole Publique"

 Le président de la FCPE 31 exprime toute son inquiétude :" les valeurs de l’extrême droite ne sont pas les nôtres, elles sont dangereuses, les valeurs de l’extrême droite ne défendent pas une école de la République. Nous sommes en totale contradiction avec leurs valeurs".

La FCPE 31 affirme son positionnement de défense de l’Ecole Publique. Un réseau qui garantit les valeurs républicaines et citoyennes, où l’enseignement du respect de la diversité et des libertés individuelles constitue le socle.

"L'arrivée au pouvoir de l'extrême droite ouvrirait un cycle politique inquiétant pour l'avenir de tous nos enfants, pour leurs libertés, pour leurs droits individuels, et pour les valeurs éducatives qui leur seront inculquées."

"La Laïcité en danger"

Selon Eric Pinot, dans le programme du RN "la mixité sociale et scolaire n’existe pas".

Fin du collège unique, suppression des réseaux d’éducation prioritaire ou encore la création de centres spécialisés pour les élèves perturbateurs, les idées promues pour l’Ecole Publique par le RN sont plus qu'une ébauche.

Professeur agrégé, Roger Chudeau, le monsieur école du Rassemblement national et député sortant du Loir-et-Cher, a donné sa vision de la refonte de l'Education nationale. Dans une interview au journal "Les Echos", il s’engage à mettre en place des mesures "le plus tôt possible " si le parti accède au pouvoir et promet une refonte du système éducatif en profondeur.

L’élu prévoit notamment l’abolition "du choc des savoirs", de Gabriel Attal. "On va l'abolir en tant que politique publique et arrêter de caporaliser les enseignants. (…)  il faut faire confiance à l’autonomie des enseignants et des établissements".

Dans son ambition de "rétablir l'autorité", le RN prévoit d'envoyer les élèves perturbateurs dans des centres spécialisés. Ils y suivraient les mêmes programmes scolaires jusqu’à leurs 16 ans "sans possibilité de retour vers un établissement normal". Si les élèves perturbent à nouveau l’établissement ils seront orientés vers des centres éducatifs fermés sur décision de justice, même traitement pour "les élèves radicalisés".

 "Le discours social du RN c’est un mensonge", s’insurge le président de la FCPE 31, Eriic Pinot. "Cette histoire de libéraliser l’autonomie des établissements et des enseignants c’est délirant. Je m’inquiète pour l’école de mes enfants avec Bardella au pouvoir".

"La laïcité c’est quand on rentre à l’école publique, dans un état préservé, on apprend à réfléchir pour soi-même, on apprend à construire sa liberté individuelle celle qui permettra à tous les élèves,  plus tard, de choisir en conscience de prendre sa carte au RN ou encore de choisir sa religion en dehors de l’école".

Dans ce communiqué de presse, la FCPE 31 dénonce " la perversion de la laïcité par des mesures favorisant une vision réactionnaire et intégriste de l'Histoire de France couplée avec des mesures islamophobes". L’organisme livre d’autres points de défiance comme :

  • la stigmatisation de notre jeunesse
  • la pénalisation des procédures disciplinaires
  • la fin du collège unique et de l'adaptation selon la sectorisation et les cartes scolaires
  • la fin d'une vision inclusive du système éducatif qui ne stigmatise pas et ne crée pas de ségrégation dès le plus jeune âge
  •  la fin de l'éducation prioritaire
  • L’abandon de la mixité sociale le révisionnisme historique et la propagande nationaliste contre l'éducation civique et citoyenne dans les programmes en Sciences Sociales
  • la revalorisation et l'augmentation de l'aide publique à l'école privée (déjà financée à 75 % par les fonds publics) sans aucune contrepartie demandée

En désaccord avec les politiques des précédents gouvernements

La fédération appelle aussi les parents d’élèves à refuser également, en votant les 30 juin et 7 juillet prochains, le projet sociétal porté par les droites libérales. La FCPE 31 lance un appel en faveur de l’école publique et pour l’abrogation "du choc des savoirs".

"Depuis longtemps déjà, la FCPE 31 est en désaccord profond avec la parole publique de nos précédents gouvernements qui a toujours occulté les politiques draconiennes d'austérité nuisant à la réalisation des missions du service public de l'Education Nationale.(…) Soyons clairs, les politiques libérales et sécuritaires sont responsables de la destruction de l'Ecole Publique.(...) La dernière réforme dite « du Choc des Savoirs » vise à construire des écoles de qualité pour les élites et des écoles au rabais pour les classes populaires, en stigmatisant encore les élèves les plus en difficulté."

"Nous avons une problématique de moyens", explique Eric Pinot, le président de la FCPE de la Haute-Garonne. "Des professeurs absents ne sont pas remplacés, il y a moins de postes aux concours, il y a des problèmes d’orientations,( …) il y a aussi un manque de formations de personnels face à la violence et puis le métier de professeur doit être revalorisé, les professeurs doivent être mieux rémunérés, ils sont les plus mal payés en Europe(..). Blanquer avec ses mesures a été le fossoyeur de l’Ecole Publique, les autres n’ont guère brillé davantage…Attal n’est pas resté très longtemps et nous avons été déçus par Nicole Belloubet. La FCPE avait bien aimé son positionnement quand elle était rectrice de l’académie, elle a changé aujourd’hui de discours".

Eric Pitot souhaite aussi rappeler aux parents d'élèves que la FCPE31 a régulièrement été la cible du RN,"qui a souvent mobilisé ses troupes dans le but de nous combattre".

Dans une pétition lancée le 14 juin dernier, des cadres, chefs d’établissements, inspecteurs généraux s’engagent à désobéir dans le cas où le RN accéderait au pouvoir :

"Demain, peut-être, notre prochain ministre issu [des rangs de l’extrême droite] exigera des cadres que nous sommes d’appliquer des directives, de mettre en œuvre des politiques ou d’organiser un enseignement en opposition avec les valeurs républicaines qui fondent nos métiers et justifient nos engagements. Nous ne l’accepterons pas. En conscience et en responsabilité, nous n’obéirons pas".

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité