Cet article date de plus de 3 ans

"Je regrette" : les larmes du buraliste de Lavaur à l'ouverture de son procès en appel

A l'ouverture de son procès en appel qui se tient depuis ce mercredi matin devant les assises de la Haute-Garonne, Luc Fournié a, pour la première fois, exprimer des regrets pour la mort du jeune cambrioleur de 17 ans. En larmes. 

Luc Fournié et son avocat Maître Cathala
Luc Fournié et son avocat Maître Cathala © S. Duchampt / France 3
Coup de théâtre ce mercredi à l'ouverture du procès de Luc Fournié, le buraliste de Lavaur, en appel devant la cour d'assises de la Haute-Garonne à Toulouse : "Oui je regrette ce qui s'est passé mais il est maintenant trop tard" a-t-il indiqué en pleurs devant la Cour, formulant pour la première fois des regrets. 

Luc Fournié est jugé à Toulouse pendant 3 jours pour le meurtre d'un jeune homme de 17 ans qui tentait de cambrioler son bureau de tabac à Lavaur dans la nuit du 14 décembre 2009. Condamné en 2015 par les assises du Tarn à 7 ans de prison, il avait fait appel de ce verdict.

C'est la première fois que le buraliste exprime des regrets. Il avait constaté que des grilles de son établissement avaient été sciées et avait attendu les voleurs en dormant dans son officine, un fusil chargé à ses côtés. Paniqué, dans le noir, il avait ouvert le feu et mortellement blessé Jonathan, un lycéen de 17 ans. Son complice, Ugo, lui aussi mineur, avait réussi à prendre la fuite.

Pour la défense, il s'agit d'un acte de légitime défense, là où les parties civiles voient un crime de sang et ne croit pas à ces tarifs regrets. Verdict vendredi soir. 

EN VIDEO / le reportage de Sylvain Duchampt et Corine Carrière
durée de la vidéo: 01 min 38
Les larmes et les regrets de Luc Fournié

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société