J.O. de Paris 2024 : Toulouse a dû revoir son dossier de candidature pour accueillir le tournoi olympique de football

Epidémie de Covid-19 et confinement obligent : le comité des J.O. de Paris 2024 revoit son organisation à la baisse. Du coup, il n'y a plus que 7 places pour les métropoles françaises désirant accueillir des matches du tournoi olympique de football : Toulouse a dû refaire son dossier de candidature.
Après l'Euro 2016 Toulouse rêve d'accueillir le tournoi olympique de football des J.O. Paris 2024.
Après l'Euro 2016 Toulouse rêve d'accueillir le tournoi olympique de football des J.O. Paris 2024. © Karine Pelat/FTV
Il devait y en avoir 9 : désormais, il n'y a plus que 7 places pour les métropoles françaises désireuses d'accueillir des matches du prochain tournoi olympique de football en France.
Epidémie de Covid-19 et confinement obligent : le comité d'organisation des J.O. de Paris 2024 s'est vu contraint de revoir son organisation à la baisse, en premier lieu du point de vue budgétaire.
Du coup, la ville de Toulouse a dû reconstituer au plus vite son dossier de candidature. Il y avait urgence en effet, car c’est dans le courant du mois de décembre prochain que le COJO (Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques) rendra publique la liste des 7 villes qui seront finalement retenues pour accueillir les tournois olympiques de football féminin et masculin.

Objectif : conserver sa sélection

Il faut se souvenir en effet que, dans la foulée de l’attribution de l'organisation des JO 2024 à la ville de Paris - le 13 septembre 2017 - le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc et son conseil municipal avaient eu la satisfaction de faire partie des 9 villes retenues, pour héberger chacune 7 ou 8 matches des tournois olympiques de football - aussi bien masculin que féminin.
La redistribution des cartes, décidée et annoncée par le COJO en septembre dernier, a poussé la municipalité du chef-lieu de la Haute-Garonne à rendre sa nouvelle candidature officielle, vendredi dernier 6 novembre. Suite logique après avoir été désignée comme site potentiel d'accueil d'un centre de préparation aux jeux (CPJ).
Parmi les arguments essentiels de la ville rose, 2 titres officieux mais ô combien significatifs :Au passage, la métropole de Lille ne figure plus dans la liste des postulants, car son stade Pierre-Mauroy sera utilisé en mode Arena pour accueillir des rencontres des tournois de basket, de volley ou de handball.
Les 8 villes candidates restantes sont : Paris, Lyon, Saint-Étienne, Marseille, Nice, Nantes, Bordeaux, et donc Toulouse.

Sécurité et festivité

Le double défi que doit relever la ville rose, c'est d'allier à la fois une ambiance festive, comme celle qu'elle a connue en juin-juillet 2016 à l'occasion de l'Euro de football, avec les plus strictes mesures de sécurité exigées par l'organisation d'un évènement d'une telle dimension planétaire.
La ville de Toulouse rêve d'arborer le logo des Jeux Olympiques de Paris 2024.
La ville de Toulouse rêve d'arborer le logo des Jeux Olympiques de Paris 2024. © COJO Paris 2024

Dans la foulée de cette démarche, Toulouse-Métropole a également candidaté pour recevoir le label "Terre de Jeux" 2024.
Ce label est destiné aux collectivités territoriales, quelle que soit leur importance géographique, qui souhaitent s’engager dans l’aventure des Jeux Olympiques de Paris 2024.
3 principaux objectifs leur sont fixés :Le public toulousain du Stadium sera-t-il associé à la fête olympique dans un peu moins de 4 ans ? Réponse dans le mois qui vient.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux olympiques sport football