A l'occasion de la livraison du 1er TER Régiolis, la région reprend ses versements à la SNCF

Le premier Régiolis de la SNCF en Midi-pyrénées / © Michel Pech / France 3 Midi-Pyrenées
Le premier Régiolis de la SNCF en Midi-pyrénées / © Michel Pech / France 3 Midi-Pyrenées

La région Midi-Pyrénées, la SNCF et Alstom ont présenté ce mardi le premier train express régional (TER) nouvelle génération Régiolis livré à la région. Le Conseil régional en a commandé 50. Et annoncé reprendre ses versements à la SNCF suspendus depuis février.

Par Fabrice Valery

La première rame Régiolis, TER de nouvelle génération d'Alstom, a été présentée à la presse ce mardi matin à la gare Raynal à Toulouse. La région Midi-Pyrénées, qui finance l'achat des trains express régionaux, en a commandé 50 au total :
  • 25 rames Régiolis (coût : 184 millions d'euros) seront mises en service progressivement au cours de l'année qui vient
  • 7 autres Régiolis et 18 Régio 2N (coût : 248 millions d'euros) circuleront à partir du 2ème semestre 2016.
Régiolis, la nouvelle génération de TER / © MaxPPP
Régiolis, la nouvelle génération de TER / © MaxPPP

Selon la SNCXF, Alstom et la Région, ces nouvelles rames sont "plus accessibles, plus confortables, plus écolos, plus fiables et innovantes". 12 millions de voyageurs empruntent chaque année les TER en Midi-Pyrénées. 

EN VIDEO / le reportage de Michel Pech et Christian Bestard
Régiolis, nouveau TER
Cette présentation a eu lieu en présence de Martin Malvy, président PS de la région Midi-Pyrénées, de Jacques Beltran, vice-président d'Alstom France, d'Alain Le Vern directeur général de la SNCF en charge des régions et de Bruno de Monvallier, directeur régional de la SNCF, le tout dans un contexte tendu depuis plusieurs mois entre le Conseil Régional et la SNCF au sujet des retards des TER.

A LIRE AUSSI : "Je prends le TER tous les jours entre Tarbes et Toulouse et je suis lasse"


Début février, Martin Malvy a annoncé "suspendre les versements à la SNCF", soit 140 millions d'euros de dotations régionales par an, pour protester contre les dysfonctionnements et les nombreux retards sur le réseau régional. La SNCF avait indiqué avoir "pris acte" de cette décision mais ne pas la comprendre.

Une nouvelle réunion s'est tenue ce mardi entre SNCF et Conseil Régional et à l'issue la Région a annoncé reprendre le versement de sa dotation "sous conditions" : selon un communiqué du Conseil régional les deux parties on fait "un constat partagé indiquant une évolution sensible de la situation sur ce secteur, avec une amélioration progressive des taux de régularité des trains depuis le début de l’année. Cette tendance ne répond toutefois pas encore pleinement aux attentes exprimées par la Région dans le cadre des objectifs fixés par la convention d’exploitation qui la lie à la SNCF, mais elle marque une réelle prise en compte de la situation et un début de réponse qui devront être confirmés.
Dans ce contexte, Martin Malvy a indiqué à Alain Le Vern que la Région Midi-Pyrénées reprendrait les paiements de l’ensemble des services ferroviaires du réseau TER à la SNCF, tout en restant particulièrement vigilant à la poursuite des efforts engagés par la SNCF pour améliorer la qualité du service sur le Quart Nord Est. A cet effet il a été convenu que la Région appliquerait une retenue de garantie sur le paiement des services de ce secteur en fonction des résultats atteints.
L'arrivée des nouvelles rames pourra régler une partie des problèmes, notamment les pannes à répétition sur le matériel ancien. Mais tout n'est pas encore résolu".

Les rames TER Régiolis de Midi-Pyrénées en chiffres

  • 25 rames de 72 m commandées : 15 rames bi-mode et 10 rames électriques
  • 160 km/h : vitesse de pointe commerciale
  • 4 voitures par rame
  • 205 places assises et jusqu'à 389 voyageurs (assis et debout) par rame
  • 30% d'énergie récupérée et réinjectée
  • 40% d'objectif de réduction de consommation d'énergie en mode chauffage
  • 10% de réduction d'émission de CO2 par rapport aux rames de précédente génération
  • 10% des places prioritaires pour les personnes à mobilité réduite
  • 100% de la fabrication ou de l'assemblage des principaux composants réalisés en France, à Reichshoffen, Tarbes, Le Creusot, Villeurbanne et Ornans.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus