"La Fédérale 1 nous convient très très bien" : la lente reconstruction du club de rugby de Blagnac, rétrogradé en Fédérale 1

Quatre mois après le traumatisme d'un dépôt de bilan, le club de rugby de Blagnac (Haute-Garonne) se reconstruit. Un nouveau comité directeur est en place. Christophe Deylaud, lui est de retour au club comme manageur. L'ancien ouvreur international et ex-entraîneur du club, tente de récréer un groupe pour redémarrer en Fédérale 1.

Les semaines ont passé, le traumatisme s'est estompé. Bref retour en arrière. Le 1er février 2024, suite à de sérieux problèmes financiers, le dépôt de bilan de la structure professionnelle est acté. 'association BSCR - couvrant l'activité des féminines et des juniors -  reste néanmoins active.

Travail de l'ombre 

Aujourd'hui, Blagnac se reconstruit. Un travail de l'ombre mené par des fidèles du club. Des anciens joueurs forment le nouveau comité directeur. Un collectif qui prépare la renaissance de l'équipe masculine. Le club de Blagnac a demandé  à être rétrogradé en Fédérale 1, un championnat plus adapté à la situation financière du club. La commission compétition de la Ligue de rugby doit statuer vendredi 31 mai 2024 sur la demande du club pour la saison prochaine. 

"La Fédérale 1 nous convient très très bien, à ce niveau-là" explique Bruno Delpech,
Coprésident Blagnac Rugby."Moins de déplacements, moins de frais, ce qui faisait sans doute aussi parti des dysfonctionnements de l'année dernière. Donc maintenant, c'est à nous de remettre un peu d'ordre au niveau finances".

Le retour de Christophe Deylaud 

Le projet sportif, c'est Christophe Deylaud qui va le porter. L'ancien ouvreur international revient dans son club de cœur, comme directeur financier, 3 ans après l'avoir quitté (il a été joueur au Blagnac SCR entre 1985 et 1990 et entraîneur du club entre 2015 et 2021). Aujourd'hui, il tente de rebâtir une équipe sénior sur les bases d'un groupe qui s'est éparpillé. "Ce que je souhaite, c'est que les garçons avec qui j'ai pu fonctionner puissent rester. Et tous ceux qui sont partis, parfois pour un autre choix de vie, j'aimerais les retrouver sous la bannière blagnacaise" explique le natif de Toulouse. 

Retrouver l'élan qui portait cette équipe si particulière, c'est aussi le souhait de Jean-Baptiste Martin. Le joueur n'a pas hésité, lorsque Christophe Deylaud l'a appelé. "On dirait un druide qui sa potion magique. C'est le seul qui peut faire un miracle avec la situation qu'on vit. Je l'ai souvent vu faire des choses auxquelles je ne croyais pas et qui ont marché. Je pense qu'il va réussir à faire un truc sympa ", raconte Jean-Baptiste Martin. 

C'est une bonne division la fédérale 1, il y a de quoi s'amuser. Ça va être différent certes, mais on va tout faire pour ramener le club au plus haut.

Clément Vareilles, joueur du Blagnac Rugby

Club atypique, Blagnac jouait les premiers rôles en Nationale,sans joueurs professionnels, mais avec des pluriactifs. Trois entraînements par semaine après le travail, un modèle compatible avec le championnat de Fédérale 1. "C'est une bonne division la fédérale 1, il y a de quoi s'amuser. Ça va être différent certes, mais on va tout faire pour ramener le club au plus haut" explique Clément Vareilles. 

Repartir tout en préservant le centre de formation, l'école de Rugby et l'équipe féminine. Les fondamentaux de ce club centenaire qui n'a pas renoncé à ses ambitions.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité