La série noire continue, un nouvel incident s'est produit dans un établissement psychiatrique de Toulouse, un incendie dans une chambre d'isolement

Un matelas a pris feu dans une chambre d'isolement de l'hôpital Marchant de Toulouse (Haute-Garonne). Un incendie s'est déclaré samedi 23 mars 2024 dans le pavillon, nécessitant l'intervention de l'équipe de sécurité et d'incendie sur place. Le patient a été transféré dans une autre unité de l'établissement. Ce n'est pas la première fois que ce type d'événement se produit.

Samedi 23 mars 2024, en fin d'après-midi, un incendie s'est déclaré dans une chambre d'isolement de l'hôpital psychiatrique Gérard Marchant de Toulouse (Haute-Garonne). Le feu a été rapidement circonscrit, mais la chambre sera indisponible pendant une bonne semaine.

Un nouveau feu de matelas

Le feu est parti d'une chambre d'isolement de cet établissement psychiatrique toulousain qui en compte 18. Un patient a sans doute mis le feu au matelas avec un briquet dissimulé. "Le placement en chambre d'isolement est une prescription médicale, déclare Loïc Brelier, du syndicat Sud et secrétaire de la F3SCT (ex-CHSCT). Nous n'avons pas le droit de fouiller les personnes qui y sont envoyées. Nous avons 2-3 incendies par an de ce type."

Heureusement, le personnel de sécurité et d'incendie est intervenu très vite et l'incendie a été rapidement maîtrisé. L'individu a été relogé dans une autre unité de l'établissement et tout est rentré dans l'ordre. Mais la chambre sera indisponible pendant au moins une semaine. "Une entreprise spécialisée va devoir passer, nettoyer, enlever la suie et désinfecter, poursuit l'élu Sud. Ensuite la commission de sécurité va inspecter la chambre et dire si on peut à nouveau l'utiliser." 

 

D'autres incidents dans les hôpitaux psychiatriques de Toulouse

En janvier 2023, à l'hôpital Marchant puis en janvier 2024 au sein du service psychiatrique du CHU de Purpan (Toulouse), des incidents de ce type avaient eu lieu, nécessitant l'intervention des pompiers professionnels et l'évacuation de patients.

En février 2024, plusieurs événements dramatiques ont créé un profond malaise au sein des urgences psychiatriques du CHU de Purpan, à Toulouse. Viol et agression sexuelle sur des patients, suicide d'un malade, les alertes ont été nombreuses. Le ministre chargé de la Santé et de la Prévention Frédéric Valletoux s'était d'ailleurs rendu sur place et avait annoncé des mesures. Il avait diligenté l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales), pour réaliser une enquête, pointer la nature des dysfonctionnements et les responsabilités, en apportant des solutions pour un secteur psychiatrique en crise. "Nous avons des réunions toutes les semaines avec l'ARS suite à cette visite. On ne voit pas grand-chose se passer. Il n'y a pas d'argent débloqué. Le Ministre avait également annoncé la mise en place d'une cellule de régulation avec les cliniques privées pour éviter la saturation de l'hôpital public, mais là aussi, il ne se passe pas grand-chose", constate Loïc Brelier du syndicat Sud. 

L'hôpital public manque de place depuis la fermeture de lits. Le Ministre avait annoncé la réouverture de 15 lits, un chiffre qui reste insuffisant selon les syndicats. En Haute-Garonne, le secteur privé posséderait 75% des lits en psychiatrie.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité