Lâché par la Ville de Toulouse, le Printemps du Rire tombe dans les bras du Conseil départemental

Les organisateurs du Printemps du Rire, du financement duquel la Ville de Toulouse s'est désengagée, ont annoncé mardi soir que le Conseil départemental de la Haute-Garonne allait soutenir leur édition 2017. La collectivité locale confirme "avec des modalités qui restent à définir".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
La fusion entre le Printemps du Rire, qui a inauguré mardi soir sa 21è édition, et le tout nouveau festival des Chevaliers du Fiel "Les Fous Rires de Toulouse" n'aura pas lieu, comme l'avait souhaité l'adjoint à la Culture de la ville rose, Francis Grass. Lequel, pour "appuyer" son souhait avait supprimé d'un seul coup d'un seul au mois de décembre dernier 150.000 euros de subventions au Printemps du Rire, alors que la préparation du festival 2016 était déjà largement entamée.

"En quelque sorte, raconte sans rire le président de ce Printemps du Rire, Claude Cohen, "on nous demandait d'offrir notre montre pour nous donner l'heure !".


"Les contrats avec les artistes étaient signés, précise-t-il, nous avions largement progressé dans la réalisation du festival 2016, et tout d'un coup on devenait des pestiférés, on nous sucrait un festival que la mairie avait elle-même porté sur les fonds baptismaux il y a 20 ans".

Du coup, tout en avancant dans la réalisation de l'édition 2016 "grâce à la bonne trésorerie de notre association", les organisateurs du Printemps du Rire ont noué d'autres contacts. Des contacts suffisamment avancés pour qu'ils annoncent très sérieusement mardi lors de leur soirée d'ouverture "Les Duels pour Rire"  que le Conseil départemental de la Haute-Garonne serait partenaire de leur édition 2017. "Je suis très content que le Conseil départemental ait relevé le défi de sauver un festival d'humour", se réjouit Claude Cohen. "On va grossir, prendre de l'ampleur et s'étendre dans le département. On sera moins "toulouso-toulousain". Et au final on peut remercier la mairie qui a beaucoup d'humour : elle finance les Chevaliers du fiel qui passent leur temps dans leurs spectacles à se moquer des employés municipaux".

Pour sa part, le Conseil départemental de la Haute-Garonne a confirmé à France 3 Midi-Pyrénées qu'il "s'est engagé à soutenir l'édition 2017 du Printemps du Rire avec des modalités qui restent à définir". "On s'est juste engagé sur le principe. Tout reste à construire", précise-t-on au sein de la collectivité locale.
Le Printemps du Rire devrait passer le prochain hiver.