Le centre hospitalier de Saint-Gaudens en Haute-Garonne victime d’une cyberattaque

Ce jeudi 8 avril, le centre hospitalier de Saint-Gaudens en Haute-Garonne a été victime d’une cyberattaque entraînant la fermeture de ses services informatiques. La situation va perdurer tout le week-end mais les patients sont toujours pris en charge. L’hôpital a déposé une plainte.

Centre hospitalier Comminges-Pyrénées Saint-Gaudens en Haute-Garonne.
Centre hospitalier Comminges-Pyrénées Saint-Gaudens en Haute-Garonne. © M.Ferri/MaxPPP

Ce jeudi 8 avril vers 4h00 du matin, une attaque informatique a infecté les serveurs de l’hôpital de Saint-Gaudens en Haute-Garonne. Une cyberattaque accompagnée d’un message "demandant de payer une rançon en bitcoin", a précisé à l'AFP le procureur de Saint-Gaudens, Christophe Amunzateguy. Depuis la téléphonie a été remise en service mais pas l’informatique. Le centre hospitalier a déposé une plainte.

"La situation va durer au-delà du week-end"

Stephanie Baux, directrice des services économiques et de la logistique a expliqué que la fermeture des services informatiques va durer au-delà du week-end, "parce qu’il faut qu’une analyse précise soit faite de tous nos postes informatiques, tous nos serveurs, et qu’une remise en route sécuritaire soit effectuée".

Depuis cette cyberattaque survenue ce jeudi 8 avril, la téléphonie a été remise en service. Conséquence, "tout est beaucoup plus long", explique Stéphanie Baux. Malgré l’arrêt des serveurs la prise en charge des patients se poursuit, assure la direction du centre hospitalier mais les services administratifs fonctionnent par écrit.

"Quand on a besoin d'un résultat venant d'un labo, il va arriver par fax ou par écrit", poursuit Stéphanie Baux. 

D’autres structures déjà victimes de cyberattaques

Cette attaque informatique par rançongiciel rappelle celle subie par l'hôpital de Dax (Landes) en février dernier. Elle avait également eu pour conséquence de perturber le fonctionnement du centre hospitalier.

Le 31 mars, une autre cyberattaque visant le groupe Pierre Fabre, basé dans le Tarn, avait provoqué l'arrêt d'une grande partie de la production pharmaceutique et cosmétique.

L'hôpital de Saint-Gaudens a déposé une plainte qui sera transmise "au parquet de Paris, qui a une section spécialisée dans les cyberattaques", indique Christophe Amunzateguy, le procureur de Saint-Gaudens.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société économie numérique économie