Le cri d'alarme des MJC de Toulouse face à la baisse des subventions de la ville

La MJC du quartier Empalot / © Google Maps
La MJC du quartier Empalot / © Google Maps

Les 7 Maisons des Jeunes et de la Culture de Toulouse ont adressé une lettre ouverte à Jean-Luc Moudenc pour lui signifier leur vive inquiétude face à la forte baisse programmée des subventions municipales. 5000 familles bénéficient des activités des MJC. France 3 s'est procuré ce courrier. 

Par Fabrice Valery

Les présidents des conseils d'administration des sept maisons des jeunes et de la culture (MJC) de Toulouse viennent d'envoyer un courrier à Jean-Luc Moudenc, maire (Les Républicains, ex-UMP) de Toulouse, dans lequel ils s'inquiètent pour l'avenir de leurs structures après l'annonce de la forte baisse des subventions municipales. 

Dans ce courrier que France 3 s'est procuré, les 7 MJC de Toulouse (Croix-Daurade, Ponts-Jumeaux, Roguet, Pont des Demoiselles, Empalot, Prévert, Ancely) lancent un cri d'alarme face à la baisse annoncée de 25 % durant la mandature (d'ici 2020) dont 10 % dès cette année. Certaines de ces MJC viennent de fêter leur 50 ans et s'inquiètent pour leur avenir et surtout pour les 5000 familles toulousaines qui bénéficient d'activités à de faibles tarifs. 

Cette proximité et cet engagement quotidien des MJC sont de la plus grande importance alors qu'elles n'ont jamais été autant sollicitées pour répondre à des besoins sociaux qui s'accroissent et se complexifient". 
Lettre ouverte des MJC au maire de Toulouse


Les MJC s'inquiètent pour leur avenir mais déjà pour cette année 2015 dont les activités sont engagées alors que les 7 structures "sont toujours dans l'attente de signer la convention d'objectifs et de moyens qui doit permettre de fixer pour les 3 années à venir, les engagements respectifs de chacune des MJC avec la ville de Toulouse". 

Les responsables des MJC, qui avaient déjà écrit à Jean-Luc Moudenc en février 2015, ont été reçues en mars à la mairie par Djillali Lahiani, adjoint au maire délégué aux affaires socioculturelles, sans, écrivent-ils "que cette rencontre ait apporté de réponses concrètes à nos questionnements". Le temps passant, c'est désormais directement au maire de Toulouse que les présidents des MJC demandent un rendez-vous.

Le conseil municipal de Toulouse a voté en avril dernier une importante baisse des subventions aux associations ainsi qu'une batterie d'autres mesures d'économies accompagnées d'une forte hausse de la fiscalité locale. La nouvelle municipalité estime être "au bord du dépôt de bilan" selon les termes de Jean-Luc Moudenc, et fait porter la responsabilité sur la précédente municipalité dirigée par le socialiste Pierre Cohen et sur l'Etat qui baisse fortement les dotations aux communes. Pierre Cohen et l'opposition ont toujours réfuté les arguments de la nouvelle équipe et dénoncent la mise en place d'une politique municipale d'austérité au détriment des plus faibles. 

Interrogé par France 3, l'adjoint au maire Djillali Lahiani se dit "très surpris". "Depuis le début de l'année, explique-t-il, les dirigeants des MJC savent que la baisse de subventions sera de 10 %. Il n'y a pas de surprise, ni de dialogue rompu. On va signer leur convention sur trois ans et on s'engage à ne remettre en cause aucun projet".
"Toulouse est une précurseur avec Dominique Baudis de l'éducation populaire, poursuit-il, et avec Jean-Luc Moudenc, nous y tenons beaucoup. C'est pour cela que je vais attendre de rencontrer les dirigeants des MJC pour savoir quel est leur état d'esprit aujourd'hui". 

Sur le même sujet

Les + Lus