Le déménagement de Sciences Po Toulouse abandonné : consternation de la direction

Après l'opposition du maire Jean-Luc Moudenc, au déménagement de Sciences Po quai Saint-Pierre à Toulouse, l'Université renonce au projet. Un accord vient d'être trouvé avec la ville pour un autre lieu, sans que la direction de l'Institut d'Etudes Politiques (IEP) soit consultée.

Coup de théâtre dans le dossier du déménagement de Sciences Po Toulouse au quai Saint-Pierre. Sans attendre la réponse du Préfet de la Haute-Garonne sur le permis de construire du futur bâtiment, l'Université Toulouse 1 Capitole a décidé de renoncer à ce déménagement, face à l'opposition du maire, Jean-Luc Moudenc. Une décision prise sans concertation avec la direction de l'IEP.

La mairie de Toulouse et le président de l'Université Toulouse 1 Capitole ont finalisé leur accord mercredi soir, en présence du Préfet de Haute-Garonne et de la rectrice d'académie. 
L'IEP va s'installer temporairement sur le parking de la Cité Administrative, "des amphithéâtres et des salles de cours seront construits pour accueillir les étudiants de Sciences Po, en attendant de trouver une solution plus pérenne", indique Bruno Sire, le président de l'Université. Il se refuse à en dire plus aujourd'hui sur les lieux qui accueilleront définitivement l'IEP mais il indique que des contacts sont engagés et qu'une "solution très satisfaisante pour l'IEP" sera finalisée fin août. 
Un "accord satisfaisant pour tous" sauf pour la direction de l'IEP, qui découvre stupéfaite qu'on décide de l'avenir de son établissement sans elle puisqu'elle n'a même pas été conviée à la réunion.

Le coup de gueule de l'IEP

"C'est quand même particulièrement étonnant de découvrir cet accord négocié par le Préfet, le maire, l'Université, la rectrice, sans que je sois présent. C'est un manque de considération totale pour notre établissement qui je le rappelle est autonome". Philippe Raimbault, directeur de l'IEP.



Le directeur de l'IEP, Philippe Raimbault, a fait part ce jeudi de sa "consternation absolue". "Cet accord enterre la création de l'IEP au quai Saint-Pierre" dit-il, furieux, "aussi bien sur le fond que sur la forme". "La communauté éducative est dans l'incompréhension la plus totale" ajoute-t-il "quand on a travaillé 3 ans sur un projet, qu'on a investi de l'argent et que tout s'arrête du jour au lendemain sans solution solide de repli, on est consterné. Et inquiet. Je ne sais pas où on sera dans deux ans".

Les bâtiments de Sciences Po ​vétustes

Le directeur de l'IEP a rappelé ce jeudi que l'état de vétusté des bâtiments de l'IEP rend leur utilisation au quotidien très difficile et même "insupportable". Pour lui, le déménagement de l'école est urgent et tous ces changements répétés "sont des empêchements majeurs au fonctionnement de l'IEP et à son rayonnement".

"On a déjà beaucoup donné au jeu des chaises musicales et on en a marre d'être toujours celui qui se retrouve sans chaise" Philippe Raimbault




 

Le directeur de l'IEP rappelle que "cela fait 3 ans qu'on travaille sur ce dossier. 910 000 euros d'argent public ont été dépensés. Ces 910 000 euros et ce travail sont aujourd'hui ignorés au nom de considérations esthétiques alors que l'architecte des Bâtiments de France avait rendu un avis très favorable sur ce bâtiment".

3 déménagements successifs prévus pour Sciences Po

Dans un communiqué commun, Bruno Sire et Jean-Luc Moudenc se félicitent aujourd'hui d'avoir trouvé un accord qui "permet de mettre en œuvre une solution transitoire pour répondre à l’urgence des besoins, et dans le même temps à construire à plus long terme une solution de qualité pour l’implantation de l’IEP". Il faudra juste que l'IEP en passe par trois déménagements. Le projet concocté pour lui prévoit 3 étapes :

  • L'Université envisage dans un premier temps d'acquérir le parking de la Cité Administrative "avec l’aide notamment de la Communauté urbaine" pour y construire des amphithéâtres et des salles de cours qui serviront à héberger les enseignements de l’IEP, "dans l’attente d’une solution pérenne de relogement de l’IEP".
  • Dès le déménagement de l’école d’économie dans ses nouveaux locaux, l’Université Toulouse Capitole se propose d'héberger "dans de bonnes conditions" l'IEP à la Manufacture des Tabacs
  • Une solution définitive pour le relogement de l'IEP est recherchée par la mairie et l'Université "dans des locaux adaptés à son projet pédagogique et qui lui assurent une implantation et une image de la même qualité que le projet initial du Quai Saint-Pierre". Cette solution "très satisfaisante pour l'IEP" est actuellement en discussion selon Bruno Sire. Le nouveau lieu devrait être connu fin août.
Trois déménagements ? De quoi faire bondir l'IEP, déjà très échaudé par cette "trahison" de l'Université."Notre attente", dit son directeur "c'est une solution de relocalisation crédible qui ne repose pas sur un communiqué de presse".

 

Un projet longtemps controversé

Depuis son lancement, ce projet suscite l'opposition des riverains du quai Saint-Pierre qui dénoncent l'esthétique du bâtiment. Pendant la campagne électorale, Jean-Luc Moudenc avait pris position contre le déménagement de Sciences Po à cet endroit, avant de rendre la semaine dernière un avis défavorable au permis de construire.
Le Préfet de la Haute-Garonne qui avait jusqu'à ce soir pour rendre sa décision, ne devrait pas donner suite à la demande de permis.

Le reportage de Karine Pellat et Olivier Denoun/France 3 Midi-Pyrénées

 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité