Les 2 activistes de Dernière Rénovation qui avaient perturbé un match du Stade Toulousain à nouveau placés en garde à vue

L'image insolite avait fait le buzz : 2 jeunes militants écologistes s'étaient attachés aux poteaux de rugby du stade Ernest Wallon le 5 novembre 2022. Ils entendaient ainsi alerter sur le réchauffement climatique. Cette fin de semaine, ils ont été à nouveau placés en garde à vue.

Cet après-midi, le tout Toulouse attend le début de rencontre entre le XV de France et le Japon à 14h. Vu l'importance de cet événement, il y a peu de risques que la rencontre soit perturbée par les militants de Dernière Rénovation.

2 militants de ce mouvement écologiste avaient marqué les esprits lors de la rencontre Stade Toulousain-Stade Français le 5 novembre dernier. Ils s'étaient accrochés aux poteaux de rugby d'Ernest Wallon pour alerter sur le réchauffement climatique.

Selon nos informations, ils ont été à nouveau placés en garde à vue cette fin de semaine. Jeudi matin, ils ont été convoqués et sont restés 28 heures en garde à vue après les 20 heures déjà faites lors de leur interpellation durant le match. 

Jean, l'un des deux militants a déclaré sur France 3 Occitanie qu'il était prêt à reproduire ce geste malgré les poursuites judicaires. 

Le parquet de Toulouse a déclaré que les 2 activistes seraient poursuivis pour "pénétration sur une aire de compétition et détérioration volontaire de bien". Le Stade Toulousain a d'ailleurs porté plainte.

Selon le règlement du club, ils risquent un an d'emprisonnement et 15 000 € d'amende. Ils ont interdiction de se voir et sont interdits de stade jusqu'à la date de leur procès fixée au 10 mai 2023. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité