Les deux adolescents toulousains candidats au jihad transférés à Paris

Agnès Dufetel-Cordier, avocate d'un ees deux adolescents / © AFP
Agnès Dufetel-Cordier, avocate d'un ees deux adolescents / © AFP

Placés en garde à vue mercredi et entendus par la DCRI à Toulouse, les deux adolescents qui étaient partis faire le jihad en Syrie ont été transférés jeudi au parquet antiterroriste de Paris en vue d'une éventuelle mise en examen. Une information judiciaire a été ouverte vendredi. 

Par Véronique Haudebourg

Les deux jeunes étaient entendus depuis mercredi matin par la Direction centrale du renseignement intérieur au commissariat de Toulouse. Ils ont été transférés à Paris ce jeudi après-midi au parquet antiterroriste en vue de leur présentation à un juge d'instruction.

Une information judiciaire a été ouverte ce vendredi pour "participation à une association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

Depuis mercredi matin, les agents de la DCRI cherchent à savoir qui ils ont rencontré en Turquie ou en Syrie et s'ils ont eu affaire sur place à des facilitateurs, ces individus venus de France et chargés d'accueillir les nombreux candidats au jihad en Syrie.

Partis début janvier dans l'intention de faire le jihad en Syrie, les deux adolescents sont rentrés pour l'un dimanche, pour l'autre mardi en France. Leur âge avait particulièrement frappé l'opinion public. Des centaines de Français ou étrangers vivant en France sont allés se battre en Syrie ces dernières années ou ont au moins été impliqués dans un tel projet.

Notre dossier complet ici

Sur le même sujet

Les + Lus