Les IUT d'Occitanie se préparent à proposer des "Bachelors" en 2021, un diplôme qualifiant en 3 ans

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christine Ravier
Les étudiants de l'IUT de Génie mécanique, par exemple, se verront inscrit directement en Bachelor dès septembre 2021.
Les étudiants de l'IUT de Génie mécanique, par exemple, se verront inscrit directement en Bachelor dès septembre 2021. © France 3 Occitanie

A la rentrée 2021, l'offre de formation des IUT évolue. Les étudiants vont s'inscrire directement en Bachelor. Un diplôme en 3 ans avec une pédagogie innovante, élaboré en direct avec le monde de l'entreprise. Exemple en génie mécanique à l'Université Paul Sabatier de Toulouse.

A l'IUT de génie mécanique de Toulouse, on se prépare à la création de ce nouveau diplôme universitaire. A la rentrée prochaine, les 1eres années seront forcément inscrits en BUT, "B" pour Bachelor. Au programme, 3 années de formation au plus près des entreprises.

"Le côté intéressant, c'est qu'il y a plus de stages, deux au lieu d'un, explique Océane Berthelot, étudiante en 1ère année à l'IUT de Génie mécanique de l'Université Paul Sabatier. Qui dit stages, dit meilleure insertion professionnelle. On a aussi plus de projets encadrés avec les professeurs , ce qui nous amène à travailler plus en entreprise, à avoir ce côté pratique".

Sécurité et débouchés

Les étudiants ont le sentiment qu'ils seront plus facilement recrutés grâce au Bachelor car les entreprises auront moins besoin de les former. Autre avantage non négligeable :  la sécurité. "Avant, les étudiants issus d'un DUT devaient postuler pour une licence pro après leur 2e année, affirme Mourad Chitach, étudiant en 1ère année. Ils étaient obligés de partir parfois à l'autre bout de la France, sans avoir de certitude de pouvoir trouver une licence après ces 2 ans".

Ce Bachelor a aussi l'avantage d'être reconnu au plan international. "On est sur un modèle reconnu en terme de diplôme et de formation au niveau européen, précise Adeline Attard, professeure en conception et fabrication mécanique. Et on a toujours la flexibilité de sortir à Bac+ 2 pour l'étudiant qui souhaite par exemple, intégrer une école d'ingénieur".

Adaptation au marché

Le DUT ne disparaît pas effectivement. A l'issue de deux années (sur trois donc) du Bachelor universitaire de technologie, l'élève qui souhaitera s'arrêter à ce niveau pourra obtenir son DUT.

Le Bachelor, ce sera aussi de nouveaux programmes bâtis sur les besoins de l’industrie du futur. Robotique, réalité virtuelle et augmentée, nouveaux défis énergétiques avec un maître mot : l’adaptabilité. "On a réuni le monde de l'industrie et le monde universitaire, explique François Coadou, expert industriel de la société Altran Capgemini. On a demandé leur avis aux industriels sur les compétences à développer".

"Cela veut dire qu'une PME sera capable de faire une pièce aéronautique, une nervure d'avions, poursuit-il, et le jour où le marché s'arrête, de se transformer et d'aller faire très rapidement, par exemple, des pièces d'aérateur. On sera capable de changer de milieu industriel et de s'adapter au marché de manière à ne pas subir des crises".

Un diplôme reconnu

Ainsi, les Bachelors se distinguent des licences par l’importance donnée à la pratique via des ateliers et des travaux dirigés, à l’internationalisation et à la professionnalisation grâce aux stages. Les licences sont plus théoriques et se "professionnalisent" en 3e année.

Le Bachelor sera déployé pour les 24 spécialités des 111 IUT existants en France. Les Bachelors existent déjà dans le privé mais ils ne sont pas toujours reconnus contrairement aux diplômes que va proposer l’université. Et surtout, ils coûtent cher.

"Ce sont des diplômes qui représentent un coût très important, parfois de plusieurs milliers d'euros, voire plusieurs dizaines de milliers d'euros, estime Patrick Laurens, directeur des IUT d’Occitanie. Là on est sur un coût de 180 € par an pour l'étudiant".

180 € par an

"C'est abordable, confirme Margot Herrada, étudiante en 2e année de DUT information et communication à l'université Paul Sabatier. Il faut avoir le niveau pour entrer en BUT mais par rapport à une école privée, sur le prix, il n'y a pas photo. Et souvent l'enseignement est de très bonne qualité. ça se vaut alors qu'on ne paie quasiment pas de frais !"

Les Bachelors privilégient ainsi la formation d’étudiants opérationnels avec des opportunités décuplées de trouver un travail et surtout de s’adapter au monde de demain.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.