Les médecins aussi sont victimes du burn-out

Jean Thévenot a créé une association pour aider les médecins victimes du burn-out / © Michel Pech France 3
Jean Thévenot a créé une association pour aider les médecins victimes du burn-out / © Michel Pech France 3

Après les policiers, la profession la plus touchée par le suicide est celle des médecins. Les médecins qui, eux aussi sont victimes du burn-out. Jean Thévenot, Président départemental de l'Ordre des Médecins 31 a créé une association pour prendre en charge ses collègues.

Par Michel Pech

Trois questions à Jean Thévenot, Président départemental de l'Ordre des Médecins 31


France 3 :
Pourquoi les médecins sont-ils plus touchés par le burn-out que le reste de la population ?

Jean Thévenot :
Les médecins s'oublient eux-mêmes. Ils s'occupent des autres sans penser à eux. Ils n'ont même pas de médecin traitant alors que toute la journée, ils sont soumis à des contraintes physiques et émotionnelles, des contraintes qui demanderaient des accompagnements spécifiques. 
Parfois, lors de situations exceptionnelles, des catastrophes, des cellules de soutien sont créées pour les soignants. Les médecins incitent leurs collaborateurs, infirmiers ou autres, à se rendre dans ces cellules de soutien mais eux-mêmes n'y vont pas.
Les médecins sont un peu à part. Par exemple, les medecins hospitaliers ne vont jamais devant un médecin du travail.

France 3 : 
Cela suffit-il à expliquer le fort taux de suicide chez les médecins ?

Jean Thévenot :
Cette situation l'explique en partie. Il faut aussi préciser que, comme le policier avec son arme de service, le médecin a les moyens techniques de mettre fin à sa vie. Et puis, il y a le problème de la transparence. Il n'est pas possible qu'un médecin se fasse soigner au milieu de ses patients. Il perdrait toute crédibilité.
Enfin, il faut évoquer le cas des médecins de campagne, très peu nombreux, âgés. Quand, dans leur zone, un médecin prend sa retraite, il est rarement remplacé. Ceux qui restent doivent assumer cette charge de patients supplémentaires. 

France 3 :
Que peut-on faire pour les aider ? Vous avez créé une association ...

Jean Thévenot :
Un médecin est comme un coureur cycliste qui pédale en regardant sa roue avant et qui ne voit jamais le paysage. Il faut l'aider à relever la tête, à regarder ce qui se passe autour de lui, dans sa vie professionnelle mais aussi dans sa vie privée. Il faut qu'il retrouve du plaisir à exercer son métier.
Cette association a été créée en mai 2010 en Haute-Garonne. Très vite, elle s'est étendue à tout Midi-Pyrénées puis aux régions voisines, Languedoc-Roussillon, PACA, Limousin, Aquitaine, Val de Marne. Elle couvre un territoire où exercent près de 100 000 médecins.
Aujourd'hui environ 400 médecins ont été pris en charge par cette association.

Sur le même sujet

Les + Lus