Ligue 2 : la soirée du samedi 8 mai sera déterminante pour l'avenir du TFC qui recevra Caen au Stadium

La victoire 1-0 mardi au Havre est un premier pas pour le Toulouse Football Club en direction de la remontée en Ligue 1. Les Violets se sont rapprochés à 4 points de la 2ème place et jouent une carte importante ce samedi soir 8 mai en recevant Caen au Stadium. Une victoire est toujours impérative.

Malgré la pression des défenseurs havrais, Manu Koné a été l'un des principaux artisans du TFC par son animation offensive : il a marqué le but  de la victoire toulousaine.
Malgré la pression des défenseurs havrais, Manu Koné a été l'un des principaux artisans du TFC par son animation offensive : il a marqué le but de la victoire toulousaine. © Emmanuel Lelaidier / MaxPPP

Il fallait gagner mardi soir sur le terrain du Havre pour ne pas obérer les dernières chances d'une remontée directe en Ligue 1. L'équipe du Toulouse Football Club l'a fait sur le plus petit des scores, 1 à 0, mais ce faisant elle a assuré l'essentiel : les trois points de la victoire.

Seulement quatre jours après, les Toulousains retrouvent leur pelouse fétiche du Stadium : ce samedi soir 8 mai ils ont l'avantage de jouer à domicile contre le SM Caen.

Le club normand est 18ème à 2 journées de la fin de la saison régulière de Ligue 2 : il est donc à la lutte pour ne pas descendre en National et viendra en Haute-Garonne le couteau entre les dents. Ce contexte montre bien qu'il s'agit de ce qu'on a coutume d'appeler un "match-piège" et le faux-pas est interdit pour les hommes du coach Patrice Garande.

Le TFC certain de disputer ses chances

Un paramètre nouveau peut toutefois faire légèrement baisser la pression qui pèse sur les épaules des Téfécistes : avec 65 points au classement actuel, même s'ils enchaînaient trois défaites sur les trois dernières rencontres qu'il leur reste à disputer, ils sont assurés de terminer au minimum à la 5ème place et par là même de se qualifier pour les play-offs.

Cela dit, ils préfèreront bien-sûr tout faire pour s'éviter ce qui pourrait déboucher sur un marathon de quatre rencontres supplémentaires, dont les deux premières seront des matchs-couperets, s'ils veulent valider leur ticket pour la Ligue 1.

A la même heure, Clermont-Foot - le principal adversaire du TFC pour la place de second et l'ascenseur direct pour l'étage supérieur - joue également à domicile : le club auvergnat accueille le FC Sochaux.

Certe l'équipe franc-comtoise - pour un petit point de retard - ne peut plus mathématiquement viser la 5ème place, qualificative pour les play-offs. Cependant les joueurs d'Omar Daf ne sont pas réputés pour "lâcher un match", même s'il n'y a plus de véritable enjeu sportif : on peut s'attendre à ce que les "Lionceaux" mordent à belles dents dans la rencontre... Ce qui ferait bien les affaires des Toulousains.

Dynamique et baisse de régime

De leur côté les Hauts-Garonnais ont montré au Havre qu'ils retrouvaient progressivement la dynamique victorieuse qui a été la leur pendant près des deux-tiers de la saison : un pressing haut sur la défense adverse, un milieu de terrain habile à la relance sur les ballon de récupération, et des joueurs à vocation offensive qui marquent des buts ; c'est en tous cas ce que l'on a vu en première période.

A l'inverse les Violets sont retombés dans leurs travers négatifs après l'heure de jeu et l'expulsion du Havrais Alexandre Bonnet : défendant en reculant, perdant trop vite le ballon et manquant de tranchant et de réalisme en attaque, ils permis à leurs adversaires de prendre de l'assurance et de se créer de franches occasions de revenir à la marque.

Le gardien toulousain Maxime Dupé - suppléé à 2 reprises par son poteau et sa barre transversale - a de nouveau réalisé quelques arrêts-réflexes déterminants pour préserver le score : le Toulouse décroche son billet pour la Ligue 1 au terme de sa première saison à l'étage inférieur, son dernier rempart y aura pris une part prépondérante.

Les retours dans le onze de départ de certains titulaires - le gardien Maxime Dupé mais aussi les défenseurs Sébastien Dewaest et Steven Moreira ainsi que le "poison" offensif Amine Adli - ont remis de l'huile dans les rouages de la transmission et de l'essence dans le moteur toulousain. Clairement les "pitchouns" issus du centre de formation téféciste prennent une part essentielle au bon rendement de l'équipe.

Ce paramètre est d'autant plus important que l'entraîneur Patrice Garande récupère ce samedi soir ses derniers meilleurs joueurs encore manquants, juste à temps pour ce sprint final avec 3 matches en 8 jours - dont 2 à domicile : après Caen ce sera au tour du FC Pau de fouler la pelouse du Stadium, mercredi prochain 12 mai, pour le deuxième match en retard du calendrier toulousain, chamboulé par les nombreux cas de Covid qui ont décimé son effectif et certains membres de son staff ces dernières semaines.

Les Béarnais, à l'instar des Caennais, ont besoin de points pour éviter la relégation dans le championnat de National : ils font partie d'un groupe de six clubs qui se tiennent en deux points et comptent bien sur ce match décalé pour essayer de grapiller de quoi préserver leur maintien en Ligue 2.

Conclusion : ni la rencontre de ce soir ni la prochaine ne sont gagnées d'avance. Les Violets sont conscients qu'ils ont leurs destinées, au moins en partie, entre leurs mains, ou plutôt leurs pieds : certes ils ont à tout prix besoin que Clermont perde l'une de ses deux dernières prestations, ou au minimum soit contraint de concéder un match nul... Mais d'abord il faut gagner !

Un goût de revanche pour la "Der"

Dans ce cas les deux clubs joueront leur saison lors de la 38ème et dernière journée de la compétition régulière : le samedi soir 15 mai Clermont ira à son tour à Caen alors que dans le même temps le TFC ira retrouver Dunkerque sur sa pelouse du stade Tribut.

Le souvenir cuisant du match aller - lors de la 1ère journée de championnat - où les ch'timis tout frais promus de National s'étaient imposés 1-0 au Stadium, devrait aiguillonner l'esprit de revanche des Violets, surtout si la montée se dessine au terme de ces 90 ultimes minutes.

Mais tout ce scénario n'est bâti que sur des hypothèses : pour avoir le droit de continuer à espérer, il faut d'abord gagner, et ça commence ce samedi soir face à Caen !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tfc football sport ligue 2 ligue 1 sm caen