Manque d'électricité cet hiver : coupure, délestage ou noir complet, voici toutes les mesures envisagées

Publié le
Écrit par Benoît Roux .

Face à la pénurie d'électricité, que va t-il se passer cet hiver ? Quelles coupures, à quels moments et sur quelle durée ? Sur quels territoires ? Enedis (gestionnaire du réseau de distribution d'électricité) et RTE (gestionnaire du réseau de transport d'électricité) ont tenu une conférence de presse ce jeudi 27 octobre 2022. On vous tient au courant.

Pour la première fois en France, le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité (Enedis) et celui du transport d'électricité (RTE) vont mettre en place des procédures de délestage pour pallier le manque de production ou d'importation d'électricité. En clair, dans les cas extrêmes, il pourrait y avoir dès à présent des coupures d'électricité, à des moments stratégiques, sur des durées de 2h.  

Des consommateurs les yeux rivés sur Ecowatt

Pour l'instant tout va bien. Le réchauffement climatique a au moins une conséquence positive : tous les feux sont au vert en matière de production et de distribution d'électricité. Selon Jean-Paul Roubin, directeur exécutif clients et opération du système électrique de RTE, "il n'y a pas de difficultés jusqu'à fin octobre, ni sur la première quinzaine de novembre car les conditions météo sont bonnes. Les mouvements sociaux se sont arrêtés dans les centrales nucléaires. Les réacteurs redémarrent et à la mi-novembre, le parc nucléaire retrouvera la courbe que nous avions établie. Mais certaines choses peuvent se dégrader."

Pour la première fois donc, les Français vont avoir les yeux rivés sur les compteurs et sur les feux vert, orange ou rouge mis en place par le nouveau bison futé de l'électricité : Ecowatt. Un site et une application permettent de connaître la situation en temps réel avec un feu tricolore : au vert ça passe, à l'orange ça ralentit et au rouge certaines choses vont s'arrêter.  

La production d'électricité et les importations sont pour l'instant suffisantes car il fait chaud et les moyens de chauffage ne sont pas activés. Les deux leviers énergivores ne sont pas activés à fond : le chauffage et la production d'eau chaude.

Selon les responsables d'Enedis et de RTE, si les comportements citoyens font que la consommation baisse de 5% (15% dans des situations extrêmes), alors les Français vivront un hiver comme les autres sans privation d'électricité.

Tout faire pour éviter le black out

Le black out ce serait tout simplement le noir total, la privation d'électricité. Il y a deux moments critiques dans les pics de consommation : le matin de 7-8h à 13h et de 18h à 20h le soir. Selon Jean-Paul Roubin, la France ne devrait pas arriver à ce stade extrême : "il n'y a pas de risque de black out en France, c'est à dire un effondrement complet qui conduirait à ce qu’il n’y ait plus du tout de courant. Les mesures de sauvegarde servent justement à nous préserver de ça."

Avant le black out, il y a donc des mesures qui seront prises pour ne pas en arriver là. En premier lieu, la mise en place d'Ecowatt (via le site ou l'application) qui permet d'avoir le tableau de bord quand on veut et la conduite appropriée qui va avec. Il s'agit d'un état des lieux du système électrique avec, comme pour la météo, des prévisions à J+3 pour donner de la visibilité. Chacun saura ainsi ce qui est prévu pour les prochains jours et les prochaines heures.

Autre mesure pour éviter le black out, "pour nos clients qui ont un système d'heures pleines et heures creuses, la programmation du ballon d'eau chaude par exemple ne se fera pas entre 12h et 14h si c'était prévu comme ça, mais sera reportée à plus tard dans la nuit, au moment où il n'y a pas de pic de consommation. Il n'y a pas vraiment d'incidence pour l'usager mais ça va permettre d'économiser l'équivalent de la consommation d'une ville comme Paris", assure et Thierry Sudret, directeur exploitation et systèmes d'Enedis.

RTE pourra aussi interrompre la consommation de sites industriels qu'il gère directement. Il y en a 14 en France et le gestionnaire peut leur demander à 10 reprises sur une année de réduire leur consommation. 

Enfin, il sera possible de baisser la tension de 5% pour éviter des coupures. "Les particuliers ont une tension entre 220 et 240 volts. Baisser de 5 % la tension va faire qu'ils auront du 210-230 volts. Ce qui ne sera pas perceptible pour eux. Chez les industriels, il peut y avoir une baisse d'efficacité de certains appareils mais tout continuera de fonctionner sans trop d'incidences", assure Thierry Sudret.

 La procédure de délestage

Si toutes les mesures précédentes ne suffisent pas ou si les conditions météo sont plus difficiles, Ecowatt passera au rouge et il faudra alors prendre des mesures.

Contrairement à ce qui est dit ou écrit, il n'y a pas de plan préétabli de délestage. Nous agirons au jour le jour, jusqu'au dernier moment. 

Jean-Paul Roubin, Directeur exécutif Clients et Opération du Système électrique de RTE

Ecowatt fait donc des prévisions à J + 3, ce qui laisse le temps de s'organiser. Jusqu'au jour même, en cas de changement des données climatiques ou si les gestes écocitoyens ont été nombreux et forts, le délestage peut être annulé. C'est donc un système préventif qui sera activé ou pas jusqu'au dernier moment. Selon le directeur exécutif clients et opération du système électrique de RTE : "on va regarder le volume de délestage à faire, ce qu'il nous manque en terme d'électricité et on va choisir les territoires à délester. Les coupures n'excèderont pas 2h. Si on voit que ceci n'est pas suffisant, nous ferons une autre coupure de 2h mais sur un autre territoire. Il ne pourra pas y avoir 2 coupures consécutives de 2h sur un même lieu."

RTE va mesurer la quantité d'électricité qui fait défaut, à charge pour Enedis de l'organiser. Ces décideurs nous assurent qu'il n'y aura pas une région plus impactée qu'une autre, et qu'une grande ville comme Toulouse ou Montpellier ne sera pas préservée et favorisée au détriment des zones rurales.

Des exceptions aux coupures

Si des coupures d'électricité interviennent, chacun pourra en être informé via l'application Ecowatt, elles n'excèderont pas 2h, sur les plages critiques du matin (en gros 7-8h-13h) ou du soir (17h-20h). Dans la mesure du possible, une zone délestée le matin, ne le sera pas le soir. 

Tout va se faire ligne par ligne et s'il y a un client prioritaire sur une ligne électrique, ses voisins ne pourront pas subir une coupure d'électricité.

Les sites prioritaires ont été définis par décret du 5 juillet 1990. Dans chaque département, les préfectures ont fait la liste de ces sites tels les CHU, les EHPAD, les sites liés à la sécurité ou aux activités vitales ou encore évidemment les installations de production d'électricité.

Il existe également un dispositif de prévenance pour les patients à haut risque vital, dont la santé dépend de l’électricité. Chaque ARS via les médecins font remonter ce type d'information. Les personnes en question seront prévenues : "ce ne sera pas un simple mail ou texto. Si les gens ne répondent pas, des agents iront chez eux pour les informer. Ces personnes pourront alors se rendre dans des hôpitaux ou des maisons médicalisées pour éviter qu'une coupure d'électricité mette en danger leur vie", assure Thierry Sudret.  

Quoi qu'il en soit, beaucoup d'informations sont consultables via Ecowatt avec une carte géographique des zones concernées par les coupures et les tranches horaires où elles interviendront. Quand RTE a fait ses demandes, ENEDIS met en place la procédure.

Ce programme sera mis à disposition sur le site Ecowatt à partir de 21h30 pour des délestages intervenant le lendemain. En cas de doute, on pourra rentrer son adresse et voir si l'on est concerné ou pas.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité